Skin trade, de G.R.R. Martin

Ça fait un petit moment que l’édition d’ActuSf me faisait de l’œil. Tombant par hasard sur l’édition toute fraiche de J’ai Lu lors de mes pérégrinations « librairiesques », je n’ai pas résisté. Et finalement je regrette un peu ce choix car l’objet final est loin d’être à la hauteur de la version d’ActuSF : format poche très souple, photo de couverture au lieu de la très belle illustration d’Andrew Brase, et enfin, cet ignoble bandeau commercial « Trône de fer » dont on aurait pu aisément se passer. Heureusement, il en faut plus pour me gâcher le plaisir.

skin+trade

Dans Skin Trade, Willie Flambeaux, « coureur de dettes », fait appel à son amie Randi Wade, détective privé, pour enquêter sur la mort (plutôt atroce) d’une de ses amies. Rapidement Randi va faire quelques rapprochements avec la mort de son père et va la replonger dans un passé difficile.

D’autres meurtres, tous plus suspects les uns que les autres, s’enchainent rapidement jusqu’à ce que Willie, lui même, devienne la proie du tueur. G.R.R. Martin nous met sur la voie assez vite avec quelques allusions par ci par là. Tout tourne autour des grandes familles puissantes et historiques de la ville. Des familles de « sang et de fer ». Des familles de Lycanthropes.

De format court (155 pages), Skin Trade mêle les genres sans les réinventer : un peu de vieux polar à la sauce américaine, une dose de thriller et une pointe de fantastique. Et je dois dire que ce cocktail fonctionne à merveille. L’écriture est fluide. Martin maitrise son intrigue jusque dans les derniers paragraphes et ce permet même d’établir un background historique construit en si peu de pages. Les personnages sont tous d’une présence incroyable et l’on essaie, sans cesse, de résoudre l’affaire avant Randi. Et pourtant il y a de grandes chances que, comme moi, vous soyez surpris à la fin.

Skin Trade se lit d’une traite, comme on boirait un café noir… bien corsé.

Ah oui j’oubliais, cette édition est expurgée de tout bonus… encore une fois la précipitation ne m’aura pas servi.

Voir aussi l’avis de Boo, Flymag et Xapur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *