Point zéro, d’Antoine Tracqui

À force de lire à chaque coin du net des avis plus que positifs sur ce premier roman d’Antoine Tracqui, forcément, à un moment, tu craques, tu veux en savoir plus, comprendre pourquoi ce « pavé » fait tant l’unanimité. Alors tu te le procures et tu attaques la lecture avec une légère appréhension devant ces quelques 880 pages.

CVT_Point-Zero_6956

« 1938. Italie. Dans les rues de Palerme, un jeune fuyard tente d’échapper à la police secrète de Mussolini. Dans sa main, une mallette dont le contenu semble exciter bien des convoitises.
1944. États-Unis. Sur une route poussiéreuse du Middle West, trois hommes d’exception jettent les bases d’un projet qui pourrait bien changer l’issue de la guerre. De nos jours. Caleb McKay, un ex-SAS reconverti dans les missions de sauvetage à risque maximal, est recruté par un milliardaire excentrique pour rejoindre un point bien précis du littoral Antarctique où, quelques jours auparavant, un satellite espion a fait une incroyable découverte.
Très loin de là, au fin fond de la Russie, un vieil homme interrompt prématurément sa partie de chasse pour se mettre lui aussi en route…
Du tréfonds du sous-sol africain aux pentes de l’Etna en passant par les côtes désolées du continent austral s’enclenche une course contre la montre à la recherche d’un des secrets les mieux gardés de l’Histoire. »

Alors oui, je vais me plier à l’avis général. Il y a beaucoup de choses que j’ai aimé dans ce roman. Vraiment.

Tout d’abord, l’écriture de Tracqui. Efficace au possible, entrainante, qui happe le lecteur sans qu’il ne s’en aperçoive dès les toutes premières pages et ce jusqu’à la 878e. Surement dû au rythme de l’écriture mais également au « chapitrage », au timing minuté qui donne un sentiment de tension continu.
Ensuite parce que l’auteur s’est ultra documenté sur différents faits historiques et qu’ils « s’amuse » à tisser des liens (imaginaires) entre eux, essayant de leur donner une cohérence, une cohésion. C’est fort et passionnant !
Et puis il y a le fait que c’est avant tout un roman d’aventure avec un grand A, mêlant science-fiction et fantastique à une petite touche de thriller. Je ne crois pas avoir déjà lu un roman de cette envergure. Certains le comparent d’ailleurs à un blockbuster littéraire, mais ce n’est surement pas ce qui le qualifie le mieux. Ce serait bien trop réducteur.

Point Zéro est un roman surprenant à n ‘en pas douter. Et comme moi, vous prendrez part avec un immense plaisir à cette aventure aux cotés de Caleb, de Poppy ou des nombreux autres personnages de la Hard Rescue ou de la K2 qui foulent ce récit.

Je ne pensez pas arriver au bout, finalement j’en redemande. Il ne fait aucun doute que je lise Mausolée d’ici la fin de l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *