Nouvelles en série de Franck Thilliez

Aller on sort un peu le nez de l’eau… Ces derniers mois représentent une période un peu compliquée où le temps est une denrée plus que précieuse. Difficile de trouver du temps de cerveau nécessaire à la lecture de longs récits… Une solution ? Lire des textes courts, très courts. C’est donc avez un certain plaisir que je me suis plongé dans de nombreuses nouvelles de Franck Thilliez. Si vous venez régulièrement sur le blog vous savez que j’apprécie particulièrement ses romans, qu’ils soient courts ou longs d’ailleurs.

couvs-nouvelles-thilliezRécits indépendants ou exclusivités estivales d’un grand journal national (Le Monde), parfois lancés en parallèle de la sortie d’un roman, souvent dédiés à un recueil et même sujet d’une exposition, ces différents récits, plus ou moins longs, sont tous de qualité.

Avec ces 6 textes, j’ai découvert un Thilliez un peu touche à tout avec des nouvelles très « polar classique » dans leur construction (je pense notamment à Hostiles, Double Je et à Un dernier tour), un récit qui touche du doigt le genre fantastique (Ouroboros aurait fait un très bon scénario de la série « La 4e dimension »), ou des nouvelles qui abordent des faits divers qui parcourent la presse quotidienne (Clandestin et Vol pour Kidney).
Tous ont leur propre originalité. Que ce soit le sujet, la manière dont est construite l’intrigue ou même le choix de support et de l’originalité de la mise en page. Double je en est un très bel exemple ! Je regrette d’ailleurs de ne pas avoir pu voir l’expo au Palais de Tokyo.

Mais ce que j’aime chez Thilliez ce sont avant tout ses personnages. Les flics bien entendu ! Souvent écorchés vifs ou à ramasser à la petite cuillère comme Paul Mourier de la PJ de Grenoble dans Un dernier tour, parfois novices ou régulièrement incarnés par des femmes fortes (Mélanie jeune lieutenant de police dans Double je). Mais aussi les proies et surtout les criminels, qu’ils soient en série ou non. Mais là je n’en dis pas plus de risque de vous dévoiler les différentes intrigues.

Bien entendu Thilliez aborde ici ses thématiques favorites avec forcément les mécanismes liés à notre cerveau et tout ce qui peut en découler : la folie bien entendu, qu’elle soit passagère, passionnée ou bien qu’elle engendre des personnalités multiples. Puis le corps et ses organes.

Même courts ces textes restent passionnants et surtout accessibles puisque écrits simplement. C’est fluide, ça se dévore comme une mise en bouche aux saveurs pluriel.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *