Moi Jedi, de Michaël A. Stackpole

Tout est dans le titre : « Mirax a disparu ». « Oui et alors ? » me direz-vous ? Et bien pas grand chose malheureusement. Mirax, épouse du fameux Corran Horn pilote de x-wing multi récompensé, a bien disparu. Mais les origines « Jedi » de Corran vont l’éloigner de la quête de sa femme, et le faire entrer à l’académie, nouvellement créée par le plus que célèbre Luke Skywalker. Une fois les bases de l’enseignement maitrisée, Corran se ressaisi et part tête baissée à la recherche de Mirax, quitte à infiltrer les Scélérats commandés par la non moins sulfureuse Leonia Tavira.

Tout d’abord il faut savoir qu’à l’origine, à sa sortie aux US, cette duologie n’en était pas une. Les deux récits ne faisaient qu’un seul et même roman d’un peu plus de 500 pages (tout à fait raisonnable donc). Vous comprendrez plus loin pourquoi ce point est important. Autre préambule important, c’est le tout premier roman de l’univers étendu Star Wars qui est centré sur un personnage au point d’en faire le narrateur. Ça c’est un bon point.

moi-jedi

 

Ensuite, autant être franc, je risque d’être un peu (voir très) dur avec ces deux romans. Ne m’en veuillez pas, vous savez très bien que les goûts et les couleurs…

Premièrement parce que j’ai trouvé l’écriture et le style trop simplistes, « gentillets », comportant peu de descriptions et que les personnages passaient souvent pour des idiots. D’un coté j’essaie de me rassurer en me disant que cela vient de la traduction et que Michaël Stackpole nous a habitué à mieux avec la série x-Wing.

Deuxièmement parce que j’ai passé l’intégralité du premier tome à me dire « ok bonhomme, maintenant faut y aller, va chercher ta femme au lieu de faire des ronds de jambes dans cette école de magicien ». Ce n’est pas réaliste, si votre femme disparait vous mettrez tout en œuvre pour la retrouver ! Et puis ça manque cruellement de rythme.

On passe ensuite au second tome (si on en trouve le courage) qui est, aussi surprenant soit-il, bien plus intéressant que le premier. Et là j’en reviens à mon info plus haut au sujet du roman en seul et même volume sorti aux US. Pourquoi l’avoir scindé ? stratégie commerciale ? Cette (mauvaise) initiative engendre une coupure nette dans le récit et donc dans l’intrigue et fait perdre de la cohésion à l’ensemble. Je conseillerais donc de lire les deux tomes à la suite et de ne pas suivre la chronologie de l’Univers étendu (la trilogie de l’Académie Jedi se situant entre les 2).

Je reviens à ce tome 2. Bien plus intéressant disais-je !
Eh oui ! Tout d’abord parce que j’ai eu enfin l’impression de lire du Stackpole. On se rend vite compte qu’il est bien plus à l’aise avec l’action qu’avec les théories philosophiques sur les cotés lumineux ou obscur de la force.

Ici Corran se réveille ENFIN ! On passe d’un retour aux sources sur sa planète natale, à son infiltration des Scélérats sous le pseudo Jenos Idanian (déjà emprunté par Han Solo dans le Coup du paradis et anagramme d’Indiana Jones), le tout entrecoupé d’une quête identitaire quelque peu schizophrène, mais plutôt bien pensée. C’est (presque) bien écrit, rythmé et pour le coup, agréable à lire.

Voilà pour moi, un bon second tome qui mériterait sincèrement une réédition en intégrale avec le premier pour ne pas avoir à couper l’intrigue, et pourquoi pas dans une version augmentée (M Stackpole si tu m’entends) pour donner plus d’ampleur à cette histoire qui, pourtant, pourrait être de meilleure facture.

Parlons peu, parlons couv’ !

On ne peut pas dire que l’illustration de couverture soit une grande réussite mais elle a le mérite de nous proposer une représentation de Corran Horn, ou plus exactement Corran Horn dans son personnage de Keiran Halcyon. Quand la couverture du premier tome reprend la couverture US dans son ensemble, la seconde utilise le dos du roman US sur laquelle l’illustrateur a jouté le personnage de Corran, même position, même lumière, etc… Peu d’originalité donc.
Finalement même la couv est décevante…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *