Les peaux épaisses, de Laurent Genefort

Aller hop ! Après l’Affaire du Rochile, j’enchaîne tout de suite avec un autre roman de Laurent Genefort : Les peaux épaisses. Pour tout dire, 2 éléments m’ont fait acquérir ce livre tout de suite après avoir lu Mémoria : l’univers de la panstructure et le thème des mercenaires (peut-être un peu aussi celui de la vengeance). Et finalement j’aurai attendu presque un an avant de l’ouvrir. Le challenge de Lhisbei me donnant une très belle occasion.

9791090648012FS
Illustration : Ronan Toulhoat

« Roko et Lark. Les deux mercenaires les plus chers. Lark, qui a formé Roko, est un ancien peau-épaisse, un humain génétiquement modifié pour résister aux conditions de travail dans l’espace. Après trente ans de métier, il décide de raccrocher. Son clan le rappelle à lui. Mais Roko, lui, n’aime pal les Altérés. Il les chasse pour revendre leurs peaux, véritables combinaisons spatiales vivantes. Justement, il est engagé pour éliminer le clan de Nomaral a un tarif mirifique. Le clan de Lark. La consigne : aucun survivant. Une poursuite effrénée commence. Lark parviendra-t-il à sauver les enfants d’Eugénome ? Et à sauver sa peau ? »

Ne tergiversons pas (c’est pas le genre du bouquin) ce roman est gonflé à bloc. Un space op’ qui joue avec les limites de la SF militaire, qui touche du doigt les Expendables. C’est du lourd. Peut-être trop par moment mais passons. Laurent Genefort signe un récit au rythme soutenu avec des personnages forts, au caractère en acier trempé, dont la présence s’affirme au fil des lignes. Je garde en tête le personnage, pourtant secondaire, d’Anson. Vraiment intéressant.

Mais, au risque de me répéter, là où Genefort est bon, voire même très bon, c’est bel et bien dans la construction de ses univers : faune, espèces extraterrestre, planètes, tout est extrêmement bien détaillé. On est immergé dans la panstructure dès les premières pages et Laurent Genefort nous balade dans son univers du début à la fin, tout au long de cette véritable chasse à l »homme. Mon seul regret c’est que l’auteur pourrait aller encore plus loin, notamment dans la description des portes de Vangk, leur histoire, leur utilisation… Un autre bémol, avec du recul et plusieurs jours après avoir refermé le livre, qui concerne le lien qui « unit » Roko et Lark. J’aurais aimé en savoir plus. Mais c’est vraiment un détail.

En définitive, encore un très bon moment de lecture passé en compagnie de Laurent Genefort, pour les deux challenges estivaux que sont le SSW3 et le S4F3 😉

ssw-3

challenge-summer-short-storiesJe vous invite à aller jeter un œil aux superbes illustrations de Ronan Toulhoat sur sont site : www.creart-designstudio.fr

2 réflexions sur “ Les peaux épaisses, de Laurent Genefort ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *