Les lectures de… fin d’année

Bon, décidément, je ne suis même pas parvenu à écrire un bilan mensuel… voici donc un bilan lecture des deux derniers mois de 2015. Assez bien rempli finalement, avec une grosse incursion dans le nouvel univers jeunesse (jeunes adultes en fait) des romans Star Wars et quelques pavés.

bifrostBifrost 80, spécial Stephen King. Je crois que j’en attendais beaucoup de ce numéro. Surtout au niveau des textes inédits. Finalement seul le dossier aura su me passioner. De King je n’avais lu que Le fléau, Ça, Christine (étant gamin) et Dôme (dernièrement).  J’ai donc été comblé par toutes les infos et la longue bibliographie présente dans ce numéro.
Pour en revenir aux nouvelles, même celle de Ken Liu ne m’a pas convaincu. Dommage.
Pour ce qui est du reste, comme d’habitude, j’ai beaucoup aimé l’interview de libraire, accordée cette fois-ci à la Librairie Mollat. Toujours aussi sympa.
Au final ce Bifrost ne me restera pas longtemps en mémoire. Sauf peut-être sa couverture dont l’illustration est superbe.

angorAngor, de Franck Thilliez. Difficile de faire court mais, finalement, je crois avoir déjà dis bon nombre de choses sur les autres billets qui concerne Thilliez. Angor est un roman qui se dévore, comme les autres récit autour des personnages phares de l’auteur, Franck Sharko et Lucie Hennebelle. Ultra documenté, extrêmement bien construit, une intrigue qui tient la route et une tension palpable jusqu’au dernier chapitre. Comme d’habitude, les thématiques (greffe  et trafic d’organes notamment) et les repères historiques sont nombreux. Un roman des plus passionnants que l’on ne voit pas défiler malgré le nombre conséquent de pages.

Maul prisonnier, dIMG_5813e Joe Schreiber. Ça fait un moment que j’attendais qu’un roman de Joe Schreiber soit traduit par chez nous. Ce n’était pas forcément celui-ci, mais je m’en suis contenté. Je dois dire que je n’ai pas été déçu. Un peu poussif sur les premières pages, le roman s’est vite tendu, notamment grâce aux chapitrage, très rapide.
Alors qu’en dire ? D’abord, exit le Maul version « Brute épaisse sans cervelle » de l’Épisode I. Ici, Schreiber en fait un Maul plus stratègique (Ça cogne quand même hein ! pas d’inquiétude !) plus proche de la version de Reaves dans l’Ombre du chasseur.
Ensuite, place à un environnement des plus violents : le prison d’Engrenage 7. Ajoutezy un peu de combats et paris, des gangs plus redoutables uns que les autres, une mission autour d’un personnage bien mystérieux et vous obtenez un roman sombre à souhait.
Un roman fort divertissant, brut, qui se dévore en un rien de temps et qui nous donne envie de lire d’autres bouquins de l’auteur. Fort heureusement les deux autres sont prévus pour 2016 !

IMG_5810La cavale du contrebandier, de Greg Rucka. Premier roman jeunesse issu du nouveau « canon » chronologique de la saga Star wars, que j’ai le plaisir de lire. Un roman surprenant  en fait ! ce petit roman a tout d’un grand et porte bien sa qualification de « Young Adult ».
Première chose, j’y ai retrouvé avec plaisir un petit goût des « aventures de Han Solo ». La Cavale du contrebandier est un récit très rythmé, avec pas mal d’action. Mais attention aux plus jeunes car il est également un peu plus « violent » que l’on ne pourrait l’imaginer : les morts sont explicites et les cadavres nombreux. Mis à part cela, le récit montre une vraie continuité avec la trilogie classique et conserve le ton. Malheureusement pas de mention de ce que pourrait être Le Réveil de la Force. On « voyage vers » mais on sent bien que nous n’y sommes pas encore. Suspens !
Bref, un roman très plaisant, qui ravira les lecteurs assidus et connaisseurs comme les novices.

IMG_5812Cible Mouvante, de Cecil Castellucci et Jason Fry.  Bien moins sous tension que la Cavale du contrebandier, Cible mouvante réussi quand même à sortir son épingle du jeu avec une Léia tout en profondeur  : juste milieu entre la guerrière, la diplomate, la stratège… mais surtout disposant d’une grande humanité.
La cible mouvante, c’est Léia. Elle sera l’appât d’un grand plan de la rébellion. Accompagnée par une équipe de choc, elle devra disperser 3 relais sur différentes planètes alors que les soldats de l’Empire ne sont pas bien loin.
Plus limité en terme d’action, toute la force de ce court roman réside, selon moi, dans la posture de Léia tout au long de cette mission. Déterminée, elle ira jusqu’au bout de son plan au risque de faire de nombreux dommages collatéraux.  Le petit plus ? L’épilogue qui fait mention de Poe Dameron et qui ne fait qu’amplifier l’impatience d’avant Le réveil de la Force.

IMG_5811L’Arme du Jedi, de Jason Fry. Loin de la vision très naïve de Luke dans la chronologie « Légende », Fry en fait, ici un personnage plus subtil. Les événements de l’Épisode IV l’ont forcément fait grandir, mais le jeune fermier qu’il était n’est pas bien loin. Sa soif d’apprendre et de développer son contact avec la Force est déjà très importante. C’est justement ce qui le conduira sur Dévaron dans cette histoire.
D’un rythme plutôt soutenu en début de récit, le roman se calme peu à peu pour aider le lecteur à se « caler » sur le rythme de Luke. Méditation et exercices physiques sont au programme.
Et comme toute histoire de Star Wars, LE méchant n’est jamais loin. Et je dois dire que celui-ci est des plus intéressant. Mon seul regret : que l’auteur ne prenne pas plus de temps à le développer.
Un bon roman jeunesse une nouvelle fois. Qui ne donne pas réellement d’info sur la suite mais qui a le mérite de distiller quelques pistes.

IMG_5808L’éveil du Léviathan, de James S.A. Corey. Acheté depuis quelques semaines, je me suis jeté dessus lorsque j’ai appris que le premier épisode allait passer sur SyFy mi décembre. J’avais un peu peur face à ce bon gros pavé. Finalement ce premier tome est un vrai bon divertissement, du Space Opéra à l’état pur. Les 700 pages sont passées comme une lettre à la poste. L’écriture est hyper agréable, la construction centrée autour des 2 personnages principaux valorise 2 points de vues pour les mêmes événements, la place de l’intrigue sur Terre et Mars nous rappelle que la SF n’est pas forcément dans une galaxie lointaine… Par contre la 4e de couverture annonce de « l’horrifique » que je n’ai pas trouvé, ou alors mes « standards » en terme d’horreur sont plus élevés 😀
Question personnage, pour finir, ne vous attachez pas trop. Nos auteurs ont les mêmes habitudes qu’un certain Mr Martin. rares sont ceux qui tiennent la longueur.

IMG_5809Étoiles perdues, de Claudia Gray. Encore un roman jeunesse, un bon pavé cette fois-ci. L’auteure nous décrit une idylle, platonique au départ, entre deux jeunes enfants Ciena et Thane. Motivés et compétents ils prendront ensemble le chemin de l’académie impériale, se battant la place du premier de la promo. Mais avec l’âge les choses qui nous entourent deviennent plus claire. Thane passera à la Rebellion pendant que Ciena conservera sa place de gradée de l’Empire. Si comme moi vous n’êtes pas un grand fan des amourettes issues des romans pour ados, pas d’inquiétude ! On fait vite abstraction de cela. Un chouette bouquin qui donne un autre regard sur les événements des trois épisodes de la trilogie classique, mais qui, surtout, nous donne quelques infos sur la bataille de Jakku. Planète de Rey au début du Réveil de la Force, sur laquelle plusieurs épaves sont présentes, dont un Star Destroyer.

J’espère sincèrement que je ferai mieux en 2016 et que je reviendrai à des billets plus réguliers.

Sur ce, je vous souhaite une très belle année à tous !

ps : Ah au fait, me voilà propriétaire d’une liseuse. Je vais donc m’essayer au numérique. À suivre 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *