Les étoiles regardent aussi – T1 – Mendung, de Julien Morgan

3e récit de Julien Morgan que j’ai l’occasion de lire. Je vous ai déjà parlé de son roman « zombie » ici, et d’une très belle nouvelle , que j’avais tous deux vraiment appréciés. Ici Julien Morgan s’attaque au Space Opéra (Yes !).

Illustration de Lysander Kerys
Illustration de Lysander Kerys

Aller, je vous mets le résumé car, chose rare, il est vraiment en phase avec le roman : « Un demi-siècle après qu’un signal extraterrestre a été capté à l’observatoire de Lembang, en Indonésie, le vaisseau d’exploration le Geminga découvre, dans la constellation du Toucan, une planète qui pourrait en être l’origine. Malheureusement, à peine a-t-il débarqué dans le système solaire que le monde est attaqué par une armada de vaisseaux spatiaux et dévasté par des milliers d’explosions thermonucléaires. A la fois choqué par cette tragédie et inquiet des retombées politiques, l’entrepreneur Jari Orison lance une mission scientifique dans l’espoir de comprendre ce qu’il s’est passé. »

Pas mal hein ? Sachez que vous ne lâcherez pas ce (court) roman si vous l’ouvrez.

Un récit haletant du prologue à la page (frustrante) « à suivre dans Kashoggi ». Et oui, car Mendung est bel et bien le premier tome d’une série. Mendung est un récit très rythmé dans l’écriture comme dans le découpage, avec de très bonnes idées et respectant les codes du Space Opéra. Un récit très cinématographique par moment, je l’ai trouvé très » visuel », dans lequel je me suis laissé complètement immergé dès les premières pages.

Alors oui, il y a beaucoup de personnages. C’est vrai ! Mais ça ne m’a pas gêné plus que ça. Chacun est bien à sa place et joue un rôle très précis. Les personnages clés sortent du lot rapidement, bien pensés, avec une identité forte et définie, et décrits en peu de pages pourtant (ce qui est pour moi une des forces de Julien Morgan. J’ai eu le même sentiment avec Breizh of the Dead).

Oui, effectivement, il y a une tendance « hard science » qui peut déplaire, mais avec du recul, une fois le livre fermé, on se rend compte que seul le premier quart est vraiment « hard », puis ça s’estompe sur le reste du texte. Et finalement, c’est justement tout ce vocabulaire très technique qui vient appuyer la crédibilité des personnages et des événements.

Bref, ce roman a complètement répondu à mes attentes : une intrigue bien ficelée, des personnages attachants ou détestables, des vaisseaux, des planètes,…

N’ayant pas encore fait l’acquisition d’une liseuse, je me suis procuré la version papier disponible sur le site de lulu. Une édition de qualité qui met bien en valeur la superbe illustration de couverture de Lysander Kerys.

Et maintenant, j’ai hâte que le tome 2 sorte…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *