Le Sorceleur T1 – Le dernier vœu, de Andrzej Sapkowski

Je continue ma petite balade dans la fantasy sur les conseils d’une amie, et je découvre cette série qui fait tant d’émules chez les gamers. En ce qui me concerne, j’avoue qu’au départ j’avais pas mal d’a priori sur ce personnage avant même d’avoir ouvert le roman. Finalement la curiosité a pris le dessus.
7166ywidqcl
« Geralt de Riv est un personnage étrange, une bizarrerie de la nature, un mutant qui, grâce à la magie et à un long entraînement, mais aussi grâce à un mystérieux élixir, est devenu un meurtrier parfait. Ses cheveux blancs, ses yeux nyctalopes et son manteau noir effrayent et fascinent. Il parcourt des contrées pittoresques en gagnant sa vie comme chasseur de monstres. En ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipulateurs experts. Contre ces menaces, il faut un tueur à gages à la hauteur. Car Geralt est plus qu’un guerrier ou un mage. C’est un Sorceleur. Il est unique.Au cours de ses aventures, il rencontrera une autoritaire mais généreuse prêtresse, un troubadour paillard au grand cœur, et une magicienne capricieuse aux charmes vénéneux. Amis d un jour, amours dune nuit. Mais au bout de sa quête, peut-être pourra-t-il prononcer son dernier vœu : retrouver son humanité perdue… »

Héros tueur à gages, solitaire, choisi et enlevé à sa famille très jeune pour devenir un sorceleur, Geralt navigue entre deux eaux, chasse les « monstres » pour en débarrasser les « honnêtes » gens. Agissant selon un code d’honneur, cela lui donne une certaine posture face à ses commanditaires parfois plus mystérieux que la créature visée.
Le dernier vœu est en fait un recueil de 6 nouvelles qui apparaissent comme des flashback entrecoupés de scènes du présent, comme des interludes, qui constituent un septième récit : La voie de la raison. Si ce dernier sert, apparemment, à nous présenter des personnages de l’entourage du Sorceleur (qui seront certainement récurrents sur les tomes suivants) les 6 autres récits se concentrent quant à eux sur son statut de Sorceleur.
On découvre donc rapidement le premier texte intitulé Le Sorceleur. Une strige, fille du roi maudite, sème la terreur dans le village et les environs. Geralt, énième sorceleur à tenter de briser la malédiction devra mettre sa vie en danger comme jamais auparavant. Une nouvelle sympathique, qui donne envie d’en connaître un peu plus sur ce personnage des plus mystérieux. Un récit qui mêle magie, créature et univers moyenâgeux très sombre.
S’ensuivent deux autres nouvelles assez surprenantes car contenant des références très explicites aux contes de Grimm. Dans Un grain de vérité, le personnage de Nivellen n’est pas sans rappeler la Bête, alors que la Pie Grieche, du Moindre mal, que l’on a voulu empoisonner avec une pomme et qui a côtoyé 7 gnomes devient forcément un clin d’œil à Blanche neige. J’en suis venu à me demander si tous les textes suivants allaient être dans cette lignée et si j’allais me lasser…
Finalement c’est avec Une question de prix, la 4e nouvelle, que j’ai repris un peu d’intérêt pour ce recueil. On retombe dans les classiques de l’amour impossible entre un monstre et une femme. L’auteur aborde les grandes thématiques du conte que sont la malédiction, le sortilège, la place du héros chevaleresque.
 Le bout du monde, avant dernier récit du recueil, est un peu convenu et contient quelques ficelles qui font que, dés les premières pages, on imagine facilement le dénouement. Si on ajoute à cela une créature ridicule (peut-être a cause des onomatopées…), vous comprendrez que je n’ai pas du tout été emballé.
Je termine avec Le dernier vœu, nouvelle éponyme du recueil, qui se concentre cette fois-ci sur la rencontre du Sorceleur avec Yennefer qui, on le comprend ensuite, sera son véritable grand amour. Ryhtmé des les premières pages grâce à l’apparition d’un Djinn, sorte de génie sorti d’une urne.
Ce premier recueil a été une lecture divertissante certes, et très facile à lire, mais qui m’a semblé un peu simpliste sur la longueur et n’a pas comblé mon envie de lire une Dark fantasy à la fois construite et rythmée. Dommage… Je tenterai le tome 2, mais s’il ne m’accroche pas plus, je ne suis pas certain d’aller bien plus loin.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *