L’apprenti assassin, de Robin Hobb

Oui, je suis complètement à la bourre sur la rédaction de mes avis lectures… C’est le principal soucis lorsque l’on fait trop de choses en même temps 😀 Mais me revoilà avec un livre que, inconsciemment je crois, je n’osais toucher.

51hsiewusel-_sx210_« Au royaume des six Duchés, le prince Chevalerie, de la famille régnante des Loinvoyant – par tradition, le nom des seigneurs doit modeler leur caractère – décide de renoncer à son ambition de devenir roi-servant en apprenant l’existence de Fitz, son fils illégitime. Le jeune bâtard grandit à Castelcerf, sous l’égide du maître d’écurie Burrich. Mais le roi Subtil impose bientôt que Fitz reçoive, malgré sa condition, une éducation princière. L’ enfant découvrira vite que le véritable dessein du monarque est autre : faire de lui un assassin royal. Et tandis que les attaques des pirates rouges mettent en péril la contrée, Fitz va constater à chaque instant que sa vie ne tient qu’à un fil : celui de sa lame… »

Difficile de raconter quelque chose d’un peu original au sujet de l’Apprenti assassin tellement les chroniques et les avis pullulent sur le net. Je peux commencer par vous dire que, malgré les nombreuses incitations de mon entourage à lire cette série, j’ai eu du mal à me plonger dans ce récit et à ouvrir le premier tome.
Quelle crainte ? Aucune idée !
Finalement c’est suite à une boulimie de SF cet été que j’ai eu envie de changement et me suis tourné vers la fantasy. Le premier tome de l’Assassin royal me tendait alors les bras. Il n’y avait plus qu’à.
J’ai été, pendant la première partie de ce premier tome, très heureux de faire la connaissance de Fitz, ce jeune bâtard qui se retrouve au château du roi bien malgré lui. Puis, malheureusement, le récit s’essouffle…

Fils illégitime d’un des fils du roi et d’une paysanne, Fitz va trouver une place peu banale dans un « système » hiérarchique pourtant huilé et éprouvé. En tant que bâtard, et donc de lignée royale tout de même, il sera éduqué, mais ne pourra accéder au plus hautes responsabilités. Le Roi décide alors d’en faire son assassin. Pour cela il bénéficiera de la formation et de l’accompagnement de Umbre, lui même ancien Assassin.
Ce premier tome permet au lecteur, comme au héros, de faire connaissance avec le contexte, les personnages, l’ambiance moyenâgeuse et surtout de découvrir les deux « magies » présentes dans le royaume des Six-Duchés, l’Art et le Vif. Le premier est enseigné, alors que le second est une tare que l’on doit cacher.
Comme lors de ma lecture du Prince Bâtard, le prélude à l’Assassin royal, j’ai vraiment aimé le principe du Vif, cette idée du lien qui unit le monde animal à l’homme, ce lien qui génère de l’empathie et permet aux deux de se compléter, de s’enrichir ou de se protéger. Alors que j’ai eu (comme Fitz d’ailleurs) beaucoup de mal avec l’Art qui ne se joue, finalement, qu’entre hommes.

L’histoire, bien que très bien écrite, souffre par contre de nombreuses longueurs. J’ai eu un peu de mal à tenir la distance. J’ai trouvé également que ce premier récit était un peu trop gentillet à mon goût et que Robin Hobb passait un peu trop rapidement sur les différents assassinats commis par Fitz. Comme si, tout jeune qu’il est, il maitrisait déjà pleinement le sujet. Je comprend mieux maintenant pourquoi certains éditeurs ont préféré le publié en Young Adult, comme tout bon roman d’apprentissage.
Finalement, l’envie de savoir ce qui allait lui arriver et l’espoir de voir enfin de l’action m’a convaincu de ne pas laisser tomber et d’aller au bout de cette introduction à l‘Assassin Royal.

Pour conclure, la lecture de l’Apprenti assassin me laisse un peu sur ma faim et j’ai l’impression d’être passé à côté, de ne pas avoir apprécié à sa juste valeur cette entrée dans l’univers de FitzChevalerie qui a, pourtant, tout pour plaire et être passionnant.
Reste à savoir si je lirai le second tome qui pourrait me convaincre de lire l’ensemble de la série… pas sur pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *