La marée des ténèbres, de Michael Stackpole

Enfin je trouve un peu de temps. Ces temps-ci sont difficiles et je me fait de moins en moins présent sur le blog. Heureusement les lectures, elles, continuent de s’enchainer. Voici donc un petit avis sur le diptyque de la Marée de ténèbres, seule participation de Stackpole au cycle du Nouvel ordre Jedi de l’univers Legends Star wars.

couvs-maree-tenebres« La Nouvelle République est plus que jamais en péril. Partout la défiance grandit, au Sénat comme au sein de l’Ordre Jedi. Et pendant que tous se chamaillent, les envahisseurs Yuuzhan Vong frappent de nouveau. Malgré la discorde, Luke doit mobiliser tous ses effectifs pour faire face et protéger les innocents. Il demande notamment à Corran Horn et Ganner Rhysode de partir sur Bimmiel pour porter secours à des archéologues tandis que lui et Jacen iront sur Helska, le monde ou tout a commencé. Leia, elle, se voit chargée d’organiser des camps de réfugiés avec l’aide du pacifique sénateur Elegos A’kla et de l’armée Républicaine, que rejoint Jaina. La guerre continue sur de multiples mondes et menace de s’étendre encore et encore… »

Il est clair que ces deux romans, largement inégaux entre eux et au sein même de chaque tome, m’ont déçu. Plusieurs raisons à cela je pense. Tout d’abord parce qu’après le roman De R.A. Salvatore, il fallait être à la hauteur. Ensuite parce qu’après m’avoir tenu en haleine sur pas loin de 10 tomes avec la série X-wing, j’étais très impatient de retrouver Michael Stackpole qui, malheureusement, ne s’est pas vraiment montré à la hauteur.

Alors du Stackpole, pas de soucis, on en a. Mais du déjà vu seulement. Que l’auteur reprenne ses personnages et leurs intrigues respectives, je comprends et c’est justement ce que je voulais lire, mais pourquoi reprendre les schémas des romans précédents, pourquoi ne pas innover et s’approprier la voie qui s’ouvrait devant lui suite au récit de Salvatore ? Même si l’écriture de Stackpole est très agréable, je dois avouer que je me suis ennuyé tout au long du premier tome. Heureusement que le second redonne un peu de peps grâce à un rythme un peu plus soutenu.

Pourtant des points intéressants (je n’irai pas jusqu’à dire points forts), il y en a. Essentiellement concentrés sur les Vongs, et la description de leurs coutumes, de leurs physiques, de leurs armes et de leur manière de combattre. Là où l’auteur s’y prend de manière intelligente, c’est qu’il met le lecteur au même niveau que l’un de ses personnages : Elegos A’Kla, le Caamasi. On pourra noter également la forte présence de Corran Horn, chevalier Jedi, qui au contact des Vongs et à force de les combattre, se rapproche dangereusement du côté obscur.

Un sentiment plutôt réservé, en demie teinte, pour ces deux tomes, donc. J’espère que les deux prochains, de James Luceno, relèveront le niveau de ce cycle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *