James Bond 007 – T1 VARGR, de Warren Ellis et Jason Masters

Delcourt se lance dans l’édition des inédits, en comics, des aventures de double zéro sept. Série initialement éditée par Dynamite aux US, sous la plume de Warren Ellis. Rien que ça !
1435012a53d15c7956ee1b52b133a5c4
Un gros pari pour Delcourt car Casterman avait déjà fait une tentative en sortant le premier tome des jeunes années de l’espion avec Silverfin. Numéro qui, bien que pas mauvais du tout, reste unique à ce jour.
Bref voici donc Bond, James Bond… en comics.

À la suite du meurtre d’un double zéro, Bond se voit récupérer un dossier au sujet d’une drogue qui fait des ravages dans les bas fonds de Londres. Une enquête qui l’emmènera en Allemagne mais… sans son arme.
La première chose pour le fan de la franchise que je suis, c’est forcément de comparer avec le personnage initial de Flemming puis avec les derniers films, histoire de voir comment se situe l’ensemble par rapport à ce qui a été déjà fait. Alors qu’en est-il ? Tout d’abord exit le racisme latent du personnage pensé par Flemming. Idem pour sa misogynie exacerbée. On retrouve un Bond plus proche de celui proposé par Daniel Craig depuis quelques années, avec un joli mélange du charisme que pouvait apporter Sean Connery. Bref un Bond dans l’air du temps mais qui conserve malgré tout quelques petites manies comme son fameux Walter et le costume cravate.
Question scénario, Ellis fait un super job avec un récit inédit, captivant, tendu, à la hauteur de la franchise. Il se permet même cette petite introduction musclée, marque de fabrique de la série. Warren Ellis se concentre sur l’intrigue sans s’encombrer d’amourette ou d’exercice de séduction comme on a pourtant l’habitude de le voir. Ce qui donne au final un bon récit d’espionnage. Seul bémol : la rapidité de certaines actions peut-être un peu expédiées par moment, surement pour tenir le calibrage de pages de chaque numéro.
Le dessin de Masters, quant à lui, porte extrêmement bien le récit. Lui aussi tendu, dynamique, à la limite du crayonné. Un style graphique qui sert à merveille les scènes d’action débridées. Certaines âmes sensibles seront peut être choquées par les gros plans sanguinolents.
Un bon premier tome donc, prometteur pour le reste de la série. Un second tome ne devrait pas tarder puisque le dernier épisode de la seconde série vient de sortir aux US.
Ah j’oubliais ! Delcourt nous offre un très beau livre-objet. Une couverture superbe avec un petit côté art déco du plus bel effet.
Ce tome contient les épisodes 1 à 6 de la série originale.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *