Gallmeister nous fait découvrir Craig Johnson

La maison d’édition Gallmeister a décidé de nous faire découvrir le travail de Craig Johnson en mettant 5 nouvelles gratuites à disposition du lecteur curieux.

Déréglée

Longmire est en route pour aller chercher, à l’aéroport, sa fille de retour de Philadelphie pour les fêtes de Noël. En chemin, en pleine tempête de neige, il va faire la rencontre d’une autre jeune fille, paumée, frigorifiée portant un revolver et un bracelet en plastique issu d’un hôpital psychiatrique. Pendant le trajet, apparemment mélomane, et réglera l’autoradio du Pickup. Qui est le plus déréglé des deux ? Allez savoir.
Couverture DérégléeL’autostoppeuse dont on ne connait pas le nom et se rendant à l’enterrement de son père, semble bien mystérieuse. Petit à petit, dans une discussion ou chaque mot est pesé, elle va se révéler fragile, quasiment en marge. Renouer avec ses origines l’aidera peut-être. Le lecteur, comme Longmire, ne saura pas ce qu’il adviendra d’elle.

Un vieux truc indien

Walt longmire emmène son ami Lonnie Little bird, indien cheyenne, chez le médecin. Ils décident de faire une pause dans un restaurant, le Blue Cow café lorsqu’ils se rendent compte qu’un braquage vient d’avoir lieu. Longmire se décide alors, avec l’aide de son ami, à donner un petit coup de main aux autorités locales pour retrouver le braqueur.

couverture Vieux truc indienLa lecture est toujours aussi agréable, Craig Johnson se permettant même, cette fois-ci, quelques pointes d’humour. Le personnage de Longmire est de plus en plus intéressant. Je pense que j’irai plus loin que les nouvelles.

Incendiaire

Walt Longmire rend visite à un son ancien patron, un shérif comme lui, dans sa maison de retraite. Arrivé sur place il rencontre de vieux visages connus, comme l’ancien maire ou le tenancier de bar et tripots de la ville. Il apprend également que son ami aurait déclencher un feu sa chambre. Mais cette histoire ne tient pas vraiment la route, la piste d’un incendiaire semble plus logique.

CVT_INCENDIAIRE_9977En un peu plus de 10 pages, Johnson réussit à nous faire le coup du « Cold case » et de résoudre une énigme veille de près de 80 ans. C’est bien ficelé, il n’y a pas de superflu, tout est précis et détaillé (nom du whisky, modèle d’avion,…). Décidément cet auteur m’intéresse de plus en plus.

Le diable à la langue fourchue

Longmire lit le journal dans un café, lorsqu’il voit la nécrologie de sa femme. Perturbé, de retour chez lui, il se remémore ses derniers instants et cette présence, quasi divine, d’un hibou. En plein coup de blues, enivré, il reçoit la visite d’un vendeur de Bible.

Capture d’écran 2015-02-17 à 20.22.10Difficile de trop en dire de peur de dévoiler une grosse partie de  l’intrigue de cette nouvelle. Ce que je peux dire c’est qu’à coup sûr, vous vous laisserez surprendre, comme moi, par ce texte très mélancolique, très beau.

Tombé du ciel

On remonte le temps. Longmire vient tout juste de perdre sa femme. Particulièrement touché, il a du mal à remonter la pente au point de se négliger et de passer pour un clochard. Il sera pourtant appelé, malgré lui, pour venir en aide à une femme cloitrée dans sa voiture depuis plusieurs heures et qui semble attendre quelqu’un.

100873166Tombé du ciel n’est pas la nouvelle la plus rythmée de la série, mais grâce à elle on avance plus profondément dans la psychologie du personnage de Walt Longmire.

Bilan

Chaque nouvelle est une petite tranche de vie de Longmire. Craig Johnson s’en sort à merveille dans cet exercice, surtout en si peu de pages à chaque fois. Le tout se révèle fort sympathique et m’a permis de faire connaissance avec l’écriture et le personnage récurrent de Craig Johnson, Walt Longmire, Shérif d’Absaroka (Wyoming).
Un personnage très attachant pour qui les grands espaces, la nature, la culture indienne et la musique ont une place particulière.

Dernière chose, j’aime beaucoup les couverture de la collection Noir de Gallmeister. Une couverture noire (ben oui) avec un gros titre coloré qui vient souligner une photo, ou plutôt une « tranche de photo ». Les recadrages fonctionnent vraiment bien. C’est sobre et ultra efficace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *