Étoiles, garde à vous !, de Robert A. Heinlein

J’ai vu le version ciné de Starship Troopers il y a bien longtemps… et à cette époque je ne savais pas qu’il était issu d’un roman. Oh je vous entends siffler ! Chose réparée puisque j’ai profité de quelques jours de congés pour dévorer Étoiles, garde à vous ! de Robert A. Heinlein. Et dans la foulée je me suis revu le film de Verhoeven qui a un peu souffert des années 90 il faut bien le dire 🙂 .

9782290332238« Après la grande guerre atomique de la fin du XXe siècle, le monde ne fut plus que chaos et désordre. Pour éliminer les hordes barbares qui s’étaient formées, les survivants durent remettre leur sort entre les mains de l’armée. Un siècle plus tard la civilisation, arrivée à l’âge des étoiles, reste dirigée par les militaires. Dans cet univers, Juan Rico s’engage le jour de ses dix-huit ans dans l’infanterie spatiale. Il ne sait pas quel sort terrible attend les fantassins qui, sur les mondes lointains, vont devoir affronter les armées arachnides. »

De nombreux lecteurs ont déjà beaucoup écrit au sujet de ce roman et j’ai bien du mal à ne pas tomber dans la redite. Et comme en plus je ne suis pas un expert des romans d’Heinlein, je ne reviendrai pas sur la polémique et sur l’histoire de ce roman. Qui sont d’ailleurs bien mieux expliquées par Tigger Lily ou par Nicolas Winter.

Alors que dire ? Tout d’abord que je ne m’attendais pas à ce genre de roman de SF militariste (genre qui portera le propos, plus fin, du roman) mais plus orienté Space Opéra. Même si, bien évidemment, c’est aussi un Space Op. Je pense que c’est simplement dû au fait d’avoir vu le film avant. Film qui se concentre bien plus sur l’action que sur la psychologie des personnages et de la guerre.
Ensuite, comme je l’espérais suite à ma lecture de L’Âge des étoiles, c’est très bien écrit, efficace, fluide avec une vraie attention au lecteur.

Néanmoins, impossible de passer à côté des thématiques traitées et Robert Heinlein soulève un grand nombre de questions de société qui peuvent, aujourd’hui encore, être tout à fait moderne : La place de citoyen donnée au mérite, la répression comme solution, l’engagement militaire comme effort commun, ou encore le fascisme ordinaire et le totalitarisme (extrapolés en xénophobie dans la version ciné).
C’est extrêmement bien présenté. Le roman, au contraire du film, n’est donc pas du tout sous le signe de l’action, mais bel et bien centré sur le ressenti du personnage principal Juan Rico, dès la signature de son engagement. A un point tel que tous les événements importants, alimentant le conflit avec les Arachnides, sont traités très (trop ?) rapidement. Rico, qui souhaite s’extraire d’une vie de fils à Papa, se voit donc balloté au milieu de tout ça.

Starship_Troopers_-_movie_posterLe film, quant à lui, est bien plus explicite sur tout ces sujets et va même, par exemple, a appelé les Arachnides des « parasites » et se permettre des allusions aux nazis. Verhoeven est bien plus mordant et propose une vraie caricature de la guerre et de son traitement par les médias, partie prenante de la propagande.

Starship troopers, que ce soit dans sa forme écrite ou cinématographique aura donc en quelque sorte trompé son monde et suscité de nombreux débats. L’essence même de la SF, non ?

Première lecture pour le Summer Star wars - Episode VII
Septième lecture pour le Summer Star wars – Episode VII
summer-short-stories-sfff-saison-2
Troisième lecture du S4F3 saison 2

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *