Crying star, de Kane Banway

J’ai découvert Crying Star complètement par hasard, au fil de mes pérégrinations sur le site du Galion des étoiles. C’est grâce à l’avis très positif de Koyolite Tseila que j’ai immédiatement filé me procurer le premier tome de ce récit en trois parties (trois ebook d’une centaine de pages) dont la première est gratuite. Et je n’ai pas tardé à acheter les deux autres dans la foulée.

CryingStar« Engagez-vous sous la fière bannière de la Coalition ! Vengez vos proches tombés au combat contre le vil soldat d’Europa ! Défendez votre colonie, ne les laissez pas tomber, ils comptent sur vous ! »
Persée est un jeune homme qui a eu la chance de vivre sur une planète tranquille, où la troisième guerre des colonies n’est qu’un vague écho. Son rêve n’est pas de pulvériser un ennemi qu’il voit tout au plus comme un distant voisin agité, mais de voler, de piloter. Se rapprocher des étoiles et se sentir enfin libre. Mais la réalisation de ce rêve va déchirer son confortable cocon de principe, et l’obliger à faire face à la réalité de son monde.

Kane Banway nous plonge ici dans un récit d’action débridé, dans le plus pur canon de la SF et du Space Opéra. Combats spatiaux, formation de pilotes, hiérarchie militaire et bien d’autres n’ont pas été sans me rappeler la Stratégie Ender ou les premiers (très bons) roman de la série X-Wing. L’auteur le dit lui même très bien : il assume les nombreuses références et notamment celles à Battlestar Galactica qui a été la source même de son inspiration.
On sent qu’il s’est fait plaisir, on imagine une vraie sincérité dans l’envie de donner un bon divertissement. C’est aussi ça le rôle de la SF et particulièrement du Space Op, non ? Se laisser porter par une histoire, emporter dans une aventure, sans forcément avoir besoin de réfléchir. Juste pour profiter d’une coupure avec la réalité.

Crying star est écrit de manière très fluide, très agréable, avec un découpage très similaire à la construction et le rythme des séries tv. Réflexion que l’on peut étendre aux différents personnages, très charismatiques. Leurs noms issus de la mythologie renforce d’ailleurs l’identité très marquée de chacun, mais aussi et surtout le petit côté tragédie grecque du roman. Car on se rend compte,  finalement, que plus on avance dans le récit, plus l’histoire s’assombrit. Le ton léger du premier volume laisse place à quelque chose de plus noir dés le 3e, basée sur l’idée qu’une guerre devient interminable lorsque l’esprit de vengeance prend le dessus. Une partie très surprenante que je n’ai pas vu venir à la fin du second tome.

Enfin, malgré quelques soucis de relecture et quelques passages convenus, Crying Star a tout pour être un grand roman de Space Opéra. Espérons qu’une mise à jour des eBook soit prévue pour combler ces lacunes et peut-être lui permettre de voir le jour en papier.

A noter : Je ne peux que conseiller de lire les postfaces de l’auteur pour bien comprendre ses motivations.

Première lecture pour le Summer Star wars - Episode VII
Seconde lecture pour le Summer Star wars – Episode VII

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *