Bilan comics #2, février 2017

Encore un mois bien rempli niveau comics avec de chouettes lectures mais pas forcément de coup de cœur. Même si l’ultime numéro de Doggybags s’en approche !

Hadrian’s Wall : Un récit policier, un huis clos, transfiguré en Space Opéra. intéressant dans la forme. C’est apparemment un diptyque puisque Glénat annonce un tome 2, de fin, pour 2017. L’agent Simon Moore doit enquêter sur la mort d’un des passagers du Hadrian’s Wall. Vaisseau interstellaire ayant pour objectif de trouver des ressources naturelles aux confins de l’espace. Mais le mort n’est pas un inconnu. Il s’agit de son ancien meilleur ami, nouveau mari de son ex femme. Oui c’est assez tiré par les cheveux. Les passagers sont au nombre de 8 (Plus le cadavre), tous sont suspects. Le scénario est assez bien ficelé, malgré l’impression de déjà vu, et j’ai eu très envie de savoir où j’étais emmené. Mais là où j’ai eu un peu de mal c’est avec le dessin de Rod Reis qui n’est pas toujours égal. Il y a de très belle planche comme il y en a de bien moins bonnes. Dommage. Néanmoins reste efficace et prenant.

Walking Dead 26 : Rick et Dwight entraînent les troupes en vue d’attaquer les chuchoteurs, Negan réussi à s’évader avec l’aide de Brandon et Eugène, après avoir réparé une radio, entre en contact avec un autre groupe. La tension monte doucement. L’esprit de vengeance est omniprésent. Rick concentre les regards vers les chuchoteurs, use de propagande, pour garder la maîtrise de la situation.
Negan continue de me faire mourir de rire malgré son côté psychopathe. On sent que tout ça est réfléchi, qu’il est bien plus intelligent qu’il ne le laisse paraitre. D’ailleurs beaucoup de personnages tirent leur épingle du jeu, comme Dwight en chef des armées. Un personnage fort, déterminé, intelligent en vrai chef de meute. Quant à Rick, il commence à m’ennuyer un peu. Son côté borderline s’éfface petit à petit au profit d’un Rick plus mesuré (même si un craquage est vite arrivé). Et que dire des chuchoteurs et d’Alpha ?! Encore une tome qui fait froid dans le dos.

Old Man Logan 1, Secret Wars : Acheté par curiosité en voyant la bande annonce du prochain Wolverine. J’ai vraiment aimé le premier récit éponyme, dur, mélancolique. On sent que Logan porte sur lui un lourd passé. Il a vieilli et n’est pas le seul. Un genre de lonesome cowboy. Mais je n’ai pas du tout accroché avec les deux autres séries, trop fouillis à mon gout. Et puis les dessins ne m’ont pas du tout plus. Bref au final je ne sais pas si je prendrai les 5 autres tomes… Je crois que la revue All new Wolverine propose aussi du Old Man Logan. A voir. Décidément il faut vite que j’oublie la période Secret Wars.

Star wars 12 : La suite des deux séries entamées depuis le premier numéro de cette revue avec les épisodes 3 et 4 de Star Wars et de Vador. A savoir qu’il ne reste plus que 2 épisodes avant la fin de cette dernière. J’apprécie toujours autant le récit Star Wars avec des personnages très proches de la trilogie classique (Han et Léia sont très drôles) et un groupe d’impériaux de plus en plus badass, les SCAR. Mais je trouve que la série Vador s’essouffle un peu, j’ai par exemple beaucoup de mal avec Cylo (même si la fin dans ce numéro est des plus inattendues). Bref c’est peut-être une bonne chose que cela s’arrête qu’on passe à autre chose. J’attends avec une certaine impatience la série Dr Aphra ! Niveau couverture j’espérais pouvoir me dégotter la version « Angoulême »… c’est raté.

DoggyBags 13. Encore un chouette tome qui frappe fort dès les premières pages avec un récit de Run mis en image par Florent Maudoux (!!!). L’histoire d’ un tueur de le Mafia qui vient se confesser sur ses méthodes de plus en plus… radicales. Une chute inattendue en fera sourire plus d’un. Puis vient celui que j’ai adoré : Slaughter House. Un vieux flics quasi à la retraite réussi à s’échapper d’un camion après avoir été kidnappé. À pied, dans le froid, il se retrouve dans un bled paumé et se rend compte que tous les types qu’il croise sont liés à de anciennes affaires qui ont mal tournées. Le scenario et les dessin sont top, une réussite. Killer Klowns, de Run, Mojo &Hutt prend la suite et aborde la Clourophobie, vous savez, la peur des clowns. Une bande de jeunes se met en tête de chasser les clowns qui sèment la terreur à Détroit. Là aussi attention aux éclaboussures. Et enfin une histoire écrite et dessinée par Run, Time Scare. L’histoire d’une vengeance de flic qui veut dégommer les types déguisés de Time Square. Avec un petit goût de clairvoyance sur une des premières cases… Malheureusement un récit qui devient un clin d’œil à l’actualité et qui fera sourire jaune. Encore un très bon numéro. Décidément cette revue avait tout pour elle. Et oui avec ce tome, Doggybags s’arrête. Mais pour mieux renaitre, sous d’autres formes à en croire Run. Doggybags est mort, longue vie à Doggybags !!

Civil War II, numéro 2 : Avec ce deuxième tome, les choses continuent de se mettre en place. Un nouveau héro tombe, un nouveau procès s’ouvre. Les tensions sont de plus en plus présentes et ont sent que le conflit n’est pas loin. Je n’en dirai pas plus, je vous laisse le lire. C’est un très bon numéro, même si le petit récit sur Nick Fury, en toute fin, est complètement secondaire.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *