Tous les articles par Hari

Quai des enfers, Ingrid Astier

« Ce blog est complètement décousu ! » Oui vous avez raison. Pour la simple et bonne raison que je cherche le bon format. Celui qui ne me prendra pas trop de temps mais qui me permettra tout de même de continuer cette chouette aventure. Alors pour le moment j’alterne entre bilans et avis uniques, je ne m’oblige plus à tout chroniquer et je ne me force plus à lire un roman qui ne m’emballe  pas dès le première moitié. Je reviens à l’essentiel : le plaisir.

Allez hop on revient à nos moutons !

Quai des enfers est un roman que j’avais acheté et fait dédicacer par l’auteur pour un cadeau, lors du Festival l’Échappée Noire de Grenoble. Je me rappelle une belle rencontre mais je n’avais, malheureusement, pas pu me rendre à la soirée de clôture.

« Paris, l’hiver. Noël s’approche avec l’évidence d’un spectre. Au cœur de la nuit, une barque glisse sur la Seine, découverte par la Brigade fluviale à l’escale du quai des Orfèvres. À l’intérieur, un cadavre de femme, sans identité. Sur elle, la carte de visite d’un parfumeur réputé. Une première dans l’histoire de la Brigade criminelle, qui prend en main l’enquête, Jo Desprez en tête. Mais quel esprit malade peut s’en prendre à la Seine ? Qui peut vouloir lacérer ce romantisme universel ? Exit les bateaux-mouches et les promenades. Le tueur sème la psychose : celle des naufrages sanglants. Désormais, son ombre ne quittera plus le fleuve. S’amorce alors une longue descente funèbre qui délivre des secrets à tiroirs. Jusqu’à la nuit, la nuit totale, celle où se cache le meurtrier.
Pour le trouver, nul ne devra redouter les plongées. À chacun d’affronter ses noyades. » Continuer la lecture de Quai des enfers, Ingrid Astier

Territoires, Surtensions, de Olivier Norek

Oui je sais ça fait un moment que je n’avais pas pris le temps d’écrire un petit truc ! Ça va pas la peine de râler 🙂
Je vais essayer de rattraper le temps mais pas sur que je réussisse à vous parler des nombreuses choses que j’ai lues. Alors je vais me concentrer tout d’abord sur ce double coup de cœur.

J’avais lu Code 93 il y a quelques temps. Le tout premier roman d’Olivier Norek. C’était un prêt en fait, livré avec un « tu verras, toi qui aimes les polars, tu vas pas le lâcher ».
Un roman que j’avais beaucoup apprécié, notamment pour son immersion et son rythme. Loin des clichés que je craignais.
Ayant eu très envie de remettre le nez dans un polar et auprès d’un auteur qui m’était inconnu ou quasi inconnu, je me suis procuré Territoires, le second roman d’Olivier Norek. 4 jours plus tard, la dernière page tournée, j’ai couru chez mon libraire pour prendre son troisième et dernier roman : Surtensions. Continuer la lecture de Territoires, Surtensions, de Olivier Norek

Bilan lectures #2, Février 2017

Le second tome de The Expanse m’ayant pris une grosse partie de mon temps lecture ce mois-ci, le bilan lecture va sembler court, mais c’est sans compter sur le billet dédié à La Guerre de Caliban.

Sombre apprenti de Christie Golden : J’ai été très heureux de retrouver la période Guerre des clones en roman, et surtout deux personnages comme ceux là !  Deux personnages finalement pas si sombre que j’aurais pu le penser. Ce qui m’a d’ailleurs un peu déçu au départ. Surement bien plus fort que des épisodes de clone wars qui n’auraient pas approfondis autant la psychologue des personnages, Sombre apprenti est en fait la novelisation d’un arc narratif de la série jeunesse qui n’aura jamais vu le jour. On traine dans les bas fonds, au niveau 1313, avec les chasseurs de primes, connus pour la plupart. On côtoie le côté obscur. On se laisse immerger assez rapidement.
Cependant une chose me troublait tout au long de la lecture en ayant beaucoup de mal à la nommer. Puis vers le milieu du roman j’ai compris. Sombre apprenti est constamment en train de jongler entre la légèreté des épisodes Clone wars et la noirceur des romans pour un public plus âgé. En résulte quelque chose de bizarre dans le ton, peu cohérent par moment.
Malgré tout on a envie de savoir ce qu’il va se passer, si Quinlan et Ventress arriveront au bout de leur mission et on ne lâche pas le roman. Du star wars comme je les aime. Continuer la lecture de Bilan lectures #2, Février 2017

The Expanse #2, La Guerre de Caliban, de James S.A. Corey

J’ai pas mal attendu avant de me lancer dans ce second tome de la saga The Expanse. Attendu parce qu’un peu freiné par l’épaisseur du bouquin (un peu plus de 700 pages) et la taille réduite des caractères. Et puis un jour il m’a tendu les bras. Et je ne l’ai pas lâché. Ça valait bien un petit billet dédié, non ?!

« Sur Ganymède, la lune de Jupiter transformée en grenier à blé pour les planètes extérieures, un sergent des Marines de Mars assiste au massacre de sa section d’élite par un supersoldat monstrueux.
Sur Terre, une personnalité politique de haut rang s’évertue à éviter un conflit interplanétaire, en dépit des intérêts divers de groupes de pression tentaculaires et sans scrupule.
Sur Vénus, la protomolécule extraterrestre a investi la planète entière. Elle y prolifère à l’abri des regards, génère des bouleversements mystérieux qui menacent de propager l’indicible dans tout le système solaire.
Et à bord du Rossinante, fatigué d’assurer la sécurité des transports appartenant à l’Alliance des Planètes extérieures dans l’espace, James Holden et son équipage acceptent d’aider un scientifique de Ganymède dans la recherche de sa fillette kidnappée.
Ils l’ignorent, mais l’avenir de l’humanité tout entière pourrait bien dépendre d’une poignée de laissés-pour-compte du genre tenace qui pensent que l’univers leur doit des réponses, et de leur capacité à empêcher une invasion extraterrestre. Si, bien sûr, celle-ci n’a pas déjà commencé… » Continuer la lecture de The Expanse #2, La Guerre de Caliban, de James S.A. Corey

Bilan lectures de janvier 2017

Pour beaucoup de raisons j’ai eu du mal à me concentrer sur mes lectures ce mois-ci. C’est peut-être pour cela que je n’ai pas vraiment de coup de cœur côté roman pour ce premier bilan mensuel 2017. Mais il y a eu une belle surprise tout de même du côté des blogueurs/auteurs 😉

J’attaque avec le numéro 84 de Bifrost. Un superbe dossier sur Robert Howard qui m’a donné envie de me plonger dans ses récits et surtout dans Conan. Des nouvelles pas forcément inoubliables. Je n’ai par exemple pas du tout accroché avec l’univers mêlant Empire Romain et Space Opéra de Romain Lucazeau. Christian Léourier signe quant à lui un récit agréable au sujet d’hôtes gigantesques abritant des tribus humaines. Original et sympathique ! (Mais qu’est-ce que j’attends pour lire Lanmeur ?!) Et enfin la nouvelle attendue, Les eaux en furie, de Robert Howard. On peut se demander ce que fait une telle nouvelle dans un numéro de Bifrost, revue dédié à l’imaginaire, mais on comprend rapidement qu’il est compliqué voire impossible de trouver des récits inédits de l’auteur aujourd’hui. Alors on s’en contente et on prend plaisir à lire ce texte, ancré dans une réalité brute, violente, des États-Unis des années 30. Continuer la lecture de Bilan lectures de janvier 2017

Bilan lectures 2016… et perspectives 2017

Comme vous pourrez le constater cette année je n’ai pas pris (pas eu) le temps de tout « chroniquer ». Ce fut une année complexe au niveau professionnel. Et mine de rien ça m’a pourri une bonne partie de mon temps et de mon envie d’écrire… ce qui risque malheureusement de continuer sur 2017. Bref, voici tout de même la liste de mes lectures pour cette année. Heureusement j’ai trouvé du temps pour lire, c’est déjà ça.

Sans forcément parler de coup de cœur, j’ai tout de même passé de très bons moments de lecture. cette année Notamment avec Janua Vera et Dominium Mundi. Sans parler de la claque que fut Dragon.
J’ai aussi eu de chouettes découvertes comics avec notamment Infinity 8 (de la Sf complètement déjantée) et la revue DoggyBags (horrifique à souhait) que je conseille fortement. Continuer la lecture de Bilan lectures 2016… et perspectives 2017

Yumington 2075, Le rêve Omega, de Jeff Balek

Je n’avais pas du tout imaginé lire Yumington 2075 à ce moment là, j’avais même prévu un petit planning lecture pour la fin de l’année 🙂 En fait c’est en étant bloqué en salle d’attente lors d’un rdv pour un de mes gamins que je me suis rappelé avoir le premier épisode sur mon téléphone. Curieux de voir ce que ça pouvait donner je me suis fait prendre au piège. Ensuite, impossible de lâcher jusqu’à la fin de l’épisode 6.

« Yumington, 2075. Garibor Coont est un ouvrier disséqueur. Son métier : extraire les organes des morts afin de les préparer à la transplantation. Si son quotidien est banal, ses hobbies le sont bien moins : Coont a la capacité extraordinaire de décoder les mémoires d’Heisenberg, les implants mentaux dont est équipé l’essentiel de la population de Yumington. Un don qui va attirer l’attention de l’Organisation, une société secrète dont l’objectif est de résoudre des crimes aussi technologiques que mystérieux. Sous la contrainte, Coont devra enquêter pour leur compte. Et ce qu’il apprendra l’amènera à remettre en cause sa propre identité. «  Continuer la lecture de Yumington 2075, Le rêve Omega, de Jeff Balek

Waylander III, Le Héros dans l’ombre, de David Gemmell

Troisième et dernier tome de cette belle trilogie de Dark Fantasy orchestrée par un David Gemmell à l’écriture plus fine. Forcément on se doute un peu de l’issue pour notre héros avec cet opus, mais qu’en est-il réellement ?

1209-waylander3_org« Waylander est à l’automne de sa vie. Il cherche désormais la paix, mais les crimes du passé reviennent le hanter… Des créatures de légendes maudites sont de retour pour conquérir le monde dans le sang et la terreur. Cette fois, aucune armée ne pourra s’y opposer. Seule une poignée de héros avec, à leur tête, un mystérieux Homme Gris, un personnage énigmatique haï et envié pour sa formidable fortune. Un homme aux mains couvertes de sang, qui a tué par conviction et pour de l’argent.
Un homme connu au pays des Drenaï comme le héros assassin. Pour vaincre un fléau éternel, une ancienne énigme doit être résolue… et Waylander, prince des tueurs, devra tuer un homme qui ne peut pas mourir. » Continuer la lecture de Waylander III, Le Héros dans l’ombre, de David Gemmell

Le bilan #PetiteOp de Bragelonne

Cette année Bragelonne nous fait la surprise de nous proposer non pas une mais deux opérations promo sur le numérique. Après la #GrosseOp de l’été dernier, place à la #PetiteOp hivernale !

Et qui dit promo dit augmentation de la Pàl numérique… pfff.
Oui je me suis un  peu lâché.

Nouveauté cette fois-ci, les premiers tomes de séries ne sont plus seuls ! Les tomes 2 et 3 faisant partie de la fête pour l’événement. J’en ai donc profité pour compléter la série de Joe Abercrombie commencée avec Servir froid, la série des Conan de Robert E. Howard, La Roue du temps de Robert Jordan et celle des Nécrophiles anonymes de Cécile Duquenne.

Mais pas seulement, puisque j’ai aussi décidé de prendre la trilogie des Salauds gentilshommes de Scott Lynch suite aux divers avis positif de Blackwolf, et la trilogie de Ta-Shima d’Adriana Lorusso à propos de laquelle M. Lhisbei avait écrit de belles critiques lors des Summer Star Wars.

Au total ce n’est pas moins de 18 nouveaux romans qui rejoignent la (déjà longue) liste de mes ebook. petiteop

Enregistrer

Dragon, de Thomas Day

Le Bélial, avec sa collection « Une heure lumière », propose d’éditer des textes courts, des novellas comme diraient nos amis anglais. Un format peu (voire pas) courant dans l’hexagone (Le Passager Clandestin le fait depuis un petit moment avec sa collection Dyschroniques). Chaque récit est accompagné d’une très belle couverture réalisée par Aurélien Police dont j’ai déjà pas mal parlé ici. Le premier à se lancer dans cette aventure est Thomas Day avec Dragon.

54068« Bangkok. Demain. Le régime politique vient de changer.
Le dérèglement climatique global a enfanté une mousson qui n’en finit plus. Dans la mégapole thaïlandaise pour partie inondée, un assassin implacable s’attaque à la facette la plus sordide du tourisme sexuel. Pour le lieutenant Tannhäuser Ruedpokanon, chargé de mettre fin aux agissements de ce qui semble bien être un tueur en série, la chasse à l’homme peut commencer. Mais celui que la presse appelle Dragon, en référence à la carte de visite qu’il laisse sur chacune de ses victimes, est-il seulement un homme ? » Continuer la lecture de Dragon, de Thomas Day