Archives par mot-clé : fantastique

Dragon, de Thomas Day

Le Bélial, avec sa collection « Une heure lumière », propose d’éditer des textes courts, des novellas comme diraient nos amis anglais. Un format peu (voire pas) courant dans l’hexagone (Le Passager Clandestin le fait depuis un petit moment avec sa collection Dyschroniques). Chaque récit est accompagné d’une très belle couverture réalisée par Aurélien Police dont j’ai déjà pas mal parlé ici. Le premier à se lancer dans cette aventure est Thomas Day avec Dragon.

54068« Bangkok. Demain. Le régime politique vient de changer.
Le dérèglement climatique global a enfanté une mousson qui n’en finit plus. Dans la mégapole thaïlandaise pour partie inondée, un assassin implacable s’attaque à la facette la plus sordide du tourisme sexuel. Pour le lieutenant Tannhäuser Ruedpokanon, chargé de mettre fin aux agissements de ce qui semble bien être un tueur en série, la chasse à l’homme peut commencer. Mais celui que la presse appelle Dragon, en référence à la carte de visite qu’il laisse sur chacune de ses victimes, est-il seulement un homme ? » Continuer la lecture de Dragon, de Thomas Day

Le Sorceleur T1 – Le dernier vœu, de Andrzej Sapkowski

Je continue ma petite balade dans la fantasy sur les conseils d’une amie, et je découvre cette série qui fait tant d’émules chez les gamers. En ce qui me concerne, j’avoue qu’au départ j’avais pas mal d’a priori sur ce personnage avant même d’avoir ouvert le roman. Finalement la curiosité a pris le dessus.
7166ywidqcl
« Geralt de Riv est un personnage étrange, une bizarrerie de la nature, un mutant qui, grâce à la magie et à un long entraînement, mais aussi grâce à un mystérieux élixir, est devenu un meurtrier parfait. Ses cheveux blancs, ses yeux nyctalopes et son manteau noir effrayent et fascinent. Il parcourt des contrées pittoresques en gagnant sa vie comme chasseur de monstres. En ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipulateurs experts. Contre ces menaces, il faut un tueur à gages à la hauteur. Car Geralt est plus qu’un guerrier ou un mage. C’est un Sorceleur. Il est unique.Au cours de ses aventures, il rencontrera une autoritaire mais généreuse prêtresse, un troubadour paillard au grand cœur, et une magicienne capricieuse aux charmes vénéneux. Amis d un jour, amours dune nuit. Mais au bout de sa quête, peut-être pourra-t-il prononcer son dernier vœu : retrouver son humanité perdue… »

Continuer la lecture de Le Sorceleur T1 – Le dernier vœu, de Andrzej Sapkowski

Crépuscules et Cendres, de Thierry Di Rollo

 Cela fait un petit moment que j’avais ces deux recueils de Thierry Di Rollo, et un petit moment que je n’avais pas lu un texte de l’auteur. J’avais eu, coup sur coup, deux coups de cœur lecture avec ses romans Drift et Préparer l’enfer. La préparation du Festival l’Échappée noire présentait une belle occasion de me jeter à nouveau dans l’univers « Dirollien » comme disent certains 😉

cendres_crepuscules_thierry_di_rollo4e de couverture de Crépuscules : « En six nouvelles, il nous entraîne dans des futurs qui déchantent et qui interpellent. Vous visiterez les mines de la planète Loren III, découvrirez d’étranges hippopotames chercheurs d’or, assisterez à des crucifixions puis, dans un autre récit, à l’étrange résurrection de cadavres… »
4e de couverture de cendres : « Bienvenue dans des lendemains qui déchantent. En quatre nouvelles aussi noires que percutantes, Thierry Di Rollo nous fait visiter l’enfer. Celui d’un camp de réfugiés abandonné de tous. Celui d’un vieillard qu’on kidnappe sans raison. Celui d’un obsédé des Beatles qui rêve d’un voyage dans le temps. Celui, enfin, d’une jeune fille séquestrée pendant des années par un baron riche et puissant. Un futur qui n’est pas si éloigné du nôtre, à la fois cynique et dérangeant. » Continuer la lecture de Crépuscules et Cendres, de Thierry Di Rollo

Sherman, de Jean-Pierre Andrevon

Cela fait un moment que je lorgne sur le catalogue (plutôt riche !) des éditions Multivers, très intrigué par les couvertures à illustration ronde, comme clin d’œil à la collection Présence du futur de chez Denoël. Coup du hasard, c’est grâce à un petit mail de Julien contenant une proposition des plus alléchantes que j’ai pu lire mon premier roman issu de leur collection fantastique.

Capture d’écran 2016-02-05 à 15.17.01Octobre 1944 : six jeunes miliciens français égarés dans la forêt vosgienne surprennent au bivouac les équipiers d’un char isolé de la 2e DB — un Sherman — et les assassinent sauvagement.
Octobre 1988 : les ex-miliciens sont devenus des petits bourgeois respectables, avec un passé usurpé de résistants. Un jour, deux d’entre eux reviennent par hasard sur le lieu de leur crime de jeunesse. Sans le vouloir, ils ont réveillé « le loup qui dormait » : à quarante ans de distance le Sherman ressuscite et entreprend de venger ses malheureux équipiers. Traqués et débusqués un à un, les meurtriers périront dans des souffrances barbares au terme d’un suspense qui leur fera attendre la mort comme une délivrance.
Le roman de Jean-Pierre Andrevon est la superbe mise en scéne, glacée et implacable, d’une mise à mort. Construit comme Duel, le film qui a révélé Spielberg, le récit donne à la résurrection du char une crédibilité angoissante. A chaque page on se prend à dire : « Et si c’était vrai ? »
Continuer la lecture de Sherman, de Jean-Pierre Andrevon

Les lectures de… fin d’année

Bon, décidément, je ne suis même pas parvenu à écrire un bilan mensuel… voici donc un bilan lecture des deux derniers mois de 2015. Assez bien rempli finalement, avec une grosse incursion dans le nouvel univers jeunesse (jeunes adultes en fait) des romans Star Wars et quelques pavés.

bifrostBifrost 80, spécial Stephen King. Je crois que j’en attendais beaucoup de ce numéro. Surtout au niveau des textes inédits. Finalement seul le dossier aura su me passioner. De King je n’avais lu que Le fléau, Ça, Christine (étant gamin) et Dôme (dernièrement).  J’ai donc été comblé par toutes les infos et la longue bibliographie présente dans ce numéro.
Pour en revenir aux nouvelles, même celle de Ken Liu ne m’a pas convaincu. Dommage.
Pour ce qui est du reste, comme d’habitude, j’ai beaucoup aimé l’interview de libraire, accordée cette fois-ci à la Librairie Mollat. Toujours aussi sympa.
Au final ce Bifrost ne me restera pas longtemps en mémoire. Sauf peut-être sa couverture dont l’illustration est superbe. Continuer la lecture de Les lectures de… fin d’année

Bifrost 79, Ada et Yves Rémy

Et c’est reparti pour un nouveau numéro de la (très bonne) revue Bifrost. Cette fois-ci l’écrin s’est paré d’une magnifique illustration de Manchu (encore une fois un peu gâchée par les différentes accroches). Au sommaire, pas moins de 4 nouvelles et un dossier sur le couple Ada et Yves Rémy, tous deux auteurs de Sf et fantastique. Bon, avant de lire ce Bifrost, je ne les connaissait pas du tout… Faut-il avoir (encore ! ) honte de moi ? Bof… tant pis 😀

Illustration : Manchu
Illustration : Manchu

Bon, avant toute chose, je dois dire que c’est bien la première fois que les nouvelles de Bifrost ne m’emballent pas.
Nuits Cristallines de Greg Egan sortant du lot. C’est le seul texte des 4 proposés qui m’a parlé, m’a emporté et qui m’a fait réfléchir. Un texte sur la thématique de l’intelligence artificielle, hard science mais pas trop, très bien ficelé et à la portée de l’humble lecteur que je suis. Continuer la lecture de Bifrost 79, Ada et Yves Rémy

Point zéro, d’Antoine Tracqui

À force de lire à chaque coin du net des avis plus que positifs sur ce premier roman d’Antoine Tracqui, forcément, à un moment, tu craques, tu veux en savoir plus, comprendre pourquoi ce « pavé » fait tant l’unanimité. Alors tu te le procures et tu attaques la lecture avec une légère appréhension devant ces quelques 880 pages.

CVT_Point-Zero_6956

« 1938. Italie. Dans les rues de Palerme, un jeune fuyard tente d’échapper à la police secrète de Mussolini. Dans sa main, une mallette dont le contenu semble exciter bien des convoitises.
1944. États-Unis. Sur une route poussiéreuse du Middle West, trois hommes d’exception jettent les bases d’un projet qui pourrait bien changer l’issue de la guerre. De nos jours. Caleb McKay, un ex-SAS reconverti dans les missions de sauvetage à risque maximal, est recruté par un milliardaire excentrique pour rejoindre un point bien précis du littoral Antarctique où, quelques jours auparavant, un satellite espion a fait une incroyable découverte.
Très loin de là, au fin fond de la Russie, un vieil homme interrompt prématurément sa partie de chasse pour se mettre lui aussi en route…
Du tréfonds du sous-sol africain aux pentes de l’Etna en passant par les côtes désolées du continent austral s’enclenche une course contre la montre à la recherche d’un des secrets les mieux gardés de l’Histoire. » Continuer la lecture de Point zéro, d’Antoine Tracqui

Fuite de fluide, de Li-Cam

J’ai eu le plaisir de rencontrer Li-Cam et Philippe Aureille lors de la première édition de Grésimaginaire au début du printemps. Une bien belle rencontre qui m’a permis de faire dédicacer l’anthologie Zombie de chez Griffe d’encre par Li-Cam (merci pour ce petit mot 😉 ) et de faire l’acquisition de La chimère aux ailes de feu. J’ai pu échanger longuement avec un Philippe Aureille passionné, sur le(s) principe(s) créatif(s) de la collection, sur le fait d’officier un peu dans l’ombre, de ne pas être intrusif dans le travail de l’auteur ou du plasticien et de bien d’autres choses encore.

fuite_de_fluide
© Jean-Emmanuel Aubert

Fuite de fluide est ma seconde plongée dans les Petites bulles d’univers des éditions Organic. Et je dois dire que j’en reste aussi troublé que lors de ma première immersion. Fuite de fluide est aussi mon premier texte de Li-Cam. Continuer la lecture de Fuite de fluide, de Li-Cam

So phare away, d’Alain Damasio

Je n’avais encore jamais eu l’occasion de lire un texte, même court, d’Alain Damasio. Comme je vous le disais il y a un an maintenant, je découvre sur le tard les littératures de l’imaginaire et donc les auteurs, aussi emblématiques soient-ils. Et ce petit recueil, trouvé par hasard chez un libraire, s’est vu tout naturellement rejoindre ma pile en pleine période de boulimie livresque. Un petit recueil de 3 nouvelles pour découvrir un des auteurs phare (sans jeu de mots) français.

Couverture so phare away
Illustration : Nicolas Fructus

 

Je ne tournerai pas autour du pot, la lecture de ces 3 textes ma chahuté. Je ne saurais dire si j’ai aimé ou non. Là n’est pas le sujet. Mais ce que je peux exprimer c’est la profonde mélancolie encore présente au moment de refermer le livre. J’ai rarement eu cette sensation à la suite d’une lecture. Continuer la lecture de So phare away, d’Alain Damasio

Un tour de montagnes russes le soir de la Saint Thorlak, de Julien Morgan

Après ma lecture de Breizh of the Dead, j’avais une grande envie de lire d’autres texte de Julien Morgan. Après quelques recherches, je me suis donc procuré le tome 1 des Étoiles regardent aussi et fais l’acquisition de cette courte nouvelle sur le store d’itunes.

illustration : Lysander Kerys
illustration : Lysander Kerys

Un homme a entendu parler de mystérieuses montagnes russes situées à Altonboro, par un type ivre dans un bar. Toute l’histoire de cette attraction serait écrite dans un livre selon lui. 2 ans après, l’homme se retrouve devant la Ziggurat, le grand 8 plus grand que l’Empire State Building. A l’entrée, au moral plus que bas, il fait la rencontre Anita, venue pour les mêmes raisons que lui. Quel est donc le rôle de cette Ziggurat pour laquelle les gens n’hésitent pas à faire des kilomètres ? Continuer la lecture de Un tour de montagnes russes le soir de la Saint Thorlak, de Julien Morgan