Lectures d’octobre

Quand je me suis décidé à ouvrir ce blog, il y a presque 2 ans maintenant, je savais que ça coincerait niveau temps à un moment. Bingo… Le boulot prend de plus en plus le dessus. Et comme je n’ai pas envie de ralentir mes lectures, c’est finalement le blog qui en pâtit. Alors je vais tenter une nouvelle orientation. Fini les critiques uniques sur un roman (malheureusement). Place aux bilans mensuels. Cela me permettra de garder tout de même une trace de mes lectures et en même temps de continuer à les partager. On verra bien si cette formule « légère » est tenable dans le temps ou pas. Mais comme je suis aussi « chez moi », j’ai tendance à dire que je peux faire ce que je veux. Donc si l’envie me prend de vous parler d’un coup de cœur… Et c’est justement le cas en Octobre 😉

Pas mal de lectures en ce mois automnal. Assez diverses. Des polars, de la SF (le coup de cœur est ici  !) et un roman « into the wild » que j’ai pris comme une claque dans la g… enfin, qui m’a secoué.

IMG_5376Je commence avec Rosy et John de Pierre Lemaitre. Le Tome 2.5 de la trilogie Verhoeven. Un petit roman de commande qui se situe entre les tome 2 (Alex) et 3 (Sacrifices). Petit car il ne dépasse pas les 160 pages. Petit oui, mais costaud (ok elle était facile…). Un roman tout en tension autour d’une menace à la bombe en plein Paris. Une sorte de « 24h Chrono » mené tambour battant par un Verhoeven remonté à bloc.

IMG_5366J’enchaine avec ma première lecture d’Olivier Norek : Code 93. Un roman dont on a pas mal entendu parler ces derniers mois notamment avec la petite « battle sympathique » que l’auteur a donné contre le duo Nathalie Hug/Jérôme Camut.
Je dois dire que j’ai été assez surpris par ce roman. Par l’écriture, très rythmée mais aussi par le contexte. les personnages principaux de ce roman étant des flics du 9.3. Au début j’ai eu un peu peur de me faire piéger par des clichés faciles, mais il est agréable de dire qu’on est loin de tout ça avec Code 93. Ici ce sont des cadavres, n’ayant rien en commun apparemment, qui vont déclencher une enquête bien plus pernicieuse au sein même de la PJ. Forcément la banlieue n’est pas loin, mais elle ne sert qu’à porter le reste de l’intrigue. Un bon moment de lecture.

IMG_5433Passons maintenant à ma claque littéraire de cette fin d’année. Jamais un roman ne m’avait fait pareil effet. Sukkwan Island, de David Vann est noir à souhait. Pourtant rien ne le laissait présager dans ce récit plutôt court : un père et son fils décident de partir vivre un an en pleine forêt d’Alaska, loin de toute civilisation. Seul un hydravion viendra faire le ravitaillement tous les 2 ou 3 mois. On se rend vite compte que le père (et donc le fils) est complètement inexpérimenté pour une telle épreuve. Être (quasi) autosuffisant dans une nature si hostile est de la folie pure. Alors on se doute qu’il y a quelque chose qui va mal tourner… Et pourtant David Vann réussit à surprendre son lecteur là où il ne s’y attend pas. En une page, une seule page… Mais je n’en dirais pas plus. Lisez-le ! Il n’y a plus que ça à faire.

J’ai ensuite eu le réel plaisir de lire un des romans de Raphaël Granier de Cassagnac. Roman que j’ai d’ailleurs gagné lors d’un concours organisé par Xapur il y a près d’un an (peut-être même plus.) C’est mon coup de cœur du mois d’octobre. Thinking Eternity est un roman incroyable. Avis complet à suivre dans quelques jours.

IMG_5436Et pour finir ce long mois, je me suis jeté sur Seul sur Mars d’Andy Weir, dans l’idée d’aller le voir au ciné ensuite, avant qu’il ne soit plus à l’affiche. Et oui par chez moi les films passent et trépassent… un trop rapidement à mon goût.
Je ne serai pas aussi élogieux que la presse (unanime apparemment) et j’ai un peu de mal avec la dénomination « thriller ». Mais je dois avouer que ce roman fait le job. Très bien écrit, beaucoup d’humour, un personnage principal charismatique, Mars (planète omniprésente sur les médias ces derniers temps), des vaisseaux, navettes, fusées et autres véhicules ultra technologiques… tout est là pour que vous passiez un très bon moment. Mon seul regret est que la science, même si elle sert la crédibilité de l’ensemble, est parfois trop présente et complexe. Mais je n’ai qu’une hâte : découvrir la version grand écran.

Voilà pour ce premier bilan. Plutôt pas mal pour quelqu’un qui vient de dire qu’il est débordé par le boulot non ? 😉 Et j’attaque Novembre avec une liste assez conséquente. Pas certain d’en lire autant néanmoins car il y a quelques bons pavés au menu. À suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *