Dominium Mundi, de François Baranger

Attention pavés ! Autant l’avouer, l’épaisseur des deux tomes qui composent Dominium Mundi m’ont fait un peu peur. Je me connais, si je n’accroche pas rapidement je ne tiens pas la distance.  Eh bien là ce fut l’effet inverse. J’ai littéralement dévoré les deux volumes.

Illustrations : François Baranger
Illustrations : François Baranger

4e de couverture du premier tome : « 2202. Né des cendres d’une conflagration planétaire, l’Empire Chrétien Moderne règne sur une Terre ravagée et irradiée. Urbain IX, pape tout puissant, contraint les populations à vivre selon un mode de vie médiéval, restaurant ainsi le Dominium Mundi. Sous son impulsion, un vaisseau colonisateur est envoyé vers Alpha du Centaure, dans l’espoir d’y trouver de nouveaux territoires pour l’humanité. Lorsque les passagers abordent une planète et son peuple, les Atamides, le choc est grand. Mais ce n’est rien en comparaison d’une découverte encore plus bouleversante : le véritable tombeau du Christ ! Guidés par leur foi inébranlable, les missionnaires tentent de s’en emparer, en vain. Les indigènes les massacrent. Sur Terre, la nouvelle se répand comme une traînée de poudre. Deux ans plus tard Urbain IX achève d’armer un gigantesque vaisseau, le St-Michel, capable d’abriter un million d’hommes. Pour Tancrède de Tarente, le Méta-guerrier héros des champs de bataille, et Albéric Villejust, le génie de l’Infocosme enrôlé de force, débutera une Croisade sanglante vers une nouvelle Jérusalem… Les événements feront-ils bégayer l’Histoire ? »

Quelle idée originale que de mêler les croisades au Space opéra ! D’imaginer que, suite à de nombreux conflits et à une guerre express qui ont réduit la terre en no man’s land, un système féodal est à nouveau mis en place et qu’un pape règne sur l’Europe au 23e siècle. De calquer toute l’imagerie du Moyen âge sur celle de la SF. De se dire que la dernière demeure du Christ ait pu être sur une autre planète dénommée Akya, dans le système Alpha du Centaure. Voilà enfin un récit qui redonne un peu de fraicheur au genre.

Il y aurait énormément de chose à dire sur ces deux romans qui représentent au total 1700 pages. Dur de faire du tri alors je ne m’attarderai pas sur le résumé des événements. Et puis ça m’évite de spoiler à tout va 😉 Explications.

François Baranger signe un récit très riche. D’abord par le mélange des genres (je viens d’en parler), puis par l’intrigue elle même, l’action et les personnages (Tancrède et Yus’Ur pour ne citer qu’eux). On pourra peut-être lui reprocher d’être un peu trop manichéen par moment, c’est vrai. Malgré tout, il en profite pour poser son regard, assez fin et plutôt amer, sur la nature humaine. Et il réussit à nous prouver que finalement, même avec les personnages les plus sombres, il est possible de trouver de l’espoir et de l’optimisme.

Deux (gros) volumes donc, qui représentent deux époques bien distinctes : le voyage vers Akya à bord du Saint-Michel (sorte de gigantesque super croiseur interstellaire), à l’installation sur Akya, planète à la météo aléatoire, habitée par les Atamides. Mais Dominium Mundi ne se contente pas seulement de se positionner dans le Space opéra ou le Planet Opéra. C’est aussi, par moment, un thriller, parfois aux limites du fantastique, un roman de guerre et un roman historique (colons, missionnaires et croisés en armure sont au rendez-vous, avec une réflexion intelligente sur la religion). François Baranger en profite pour aborder des thématiques universelles comme le vivre ensemble, le lien harmonieux qu’il peut y avoir avec la nature, la tolérance et l’intégration. Bref je le disais, c’est extrêmement riche !

D’une écriture simple (encore une fois je n’ai pas dit simpliste !) mais qui n’empêche aucunement l’immersion dans le récit, bien au contraire, François Baranger signe un très beau récit au final épique. On comprend aisément pourquoi il lui a fallut 10 années pour arriver à bout de ces romans.

Et si vous ne saviez pas que François Baranger est un illustrateur de talent, allez voir son travail à l’adresse suivante. C’est superbe.
http://www.francois-baranger.com/

Première lecture pour le Summer Star wars - Episode VII
Première lecture pour le Summer Star wars – Episode VII

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *