Archives de catégorie : Thomas Day

Dragon, de Thomas Day

Le Bélial, avec sa collection « Une heure lumière », propose d’éditer des textes courts, des novellas comme diraient nos amis anglais. Un format peu (voire pas) courant dans l’hexagone (Le Passager Clandestin le fait depuis un petit moment avec sa collection Dyschroniques). Chaque récit est accompagné d’une très belle couverture réalisée par Aurélien Police dont j’ai déjà pas mal parlé ici. Le premier à se lancer dans cette aventure est Thomas Day avec Dragon.

54068« Bangkok. Demain. Le régime politique vient de changer.
Le dérèglement climatique global a enfanté une mousson qui n’en finit plus. Dans la mégapole thaïlandaise pour partie inondée, un assassin implacable s’attaque à la facette la plus sordide du tourisme sexuel. Pour le lieutenant Tannhäuser Ruedpokanon, chargé de mettre fin aux agissements de ce qui semble bien être un tueur en série, la chasse à l’homme peut commencer. Mais celui que la presse appelle Dragon, en référence à la carte de visite qu’il laisse sur chacune de ses victimes, est-il seulement un homme ? » Continuer la lecture de Dragon, de Thomas Day

Bifrost 76

Lors de mes années collège, j’ai eu à lire le Hobbit de Tolkien. Et sincèrement, j’ai eu bien du mal à aller jusqu’au bout. Depuis, je n’ai jamais remis le nez dans un de ses romans, de peur d’être déçu surement. Ce numéro de Bifrost est l’occasion de renouer avec  celui dont le nom même pourrait être issu d’un roman de Fantasy.

45902
Illustration : John Howe

En lisant les deux premières nouvelles, je me suis dis que ce numéro commençait mal. Pas convaincu du tout par les textes de Michael Swanwick et Xavier Mauméjean (l’un est trop confus quand l’autre fait des rapprochements un peu tirés par les cheveux) je me suis attaqué au 3e texte, le plus long. Et quelle belle surprise de la part de Thomas Day ! Noc-Kerrigan est un très beau texte de fantasy, une histoire qui pourrait paraître simple dans les premières pages et qui s’étoffe par la suite. Des personnages léchés, un récit prenant et un univers qui m’a rappelé (légèrement vous je rassure) celui de Liavek. Un vrai bon moment de lecture. Continuer la lecture de Bifrost 76

Bifrost 73

C’est complètement par hasard que je suis tombé sur un article d’un blogueur faisant une critique de la revue Bifrost, de ce numéro pour être précis. Jusqu’à cette date, cette revue m’était complètement inconnue (oui je vous l’ai dit je découvre pas mal de choses ^^). Ni une ni deux, me voilà en train de la commandée directement sur le site du Bélial.

CouvBifrost73

 

Même si je ne connaissais rien à Lovecraft, à part les jeux de rôle dont me parlaient mes potes du lycée il y a… quelques années, j’ai été très attiré par cette couverture, par cette illustration « horrifique », juxtaposant l’univers de HPL et son travail d’écriture. Attiré parce que intrigué. Alors la première chose que j’ai faite en recevant le numéro, c’est de me plonger dans le dossier (plutôt conséquent) lui étant consacré. Sacré job que de rédiger un tel dossier ! C’est hyper complet, très documenté, analysé et les auteurs nous proposent un très grand nombre de références et de parallèles… Mais il manque le principal : un récit. Pas un seul texte de HP Lovecraft dans les pages de ce numéro portant pourtant (désolé) en grosses lettres son nom sur la couverture. Continuer la lecture de Bifrost 73