Archives pour la catégorie Kevin J. Anderson

Le Sabre noir, de Kevin J. Anderson

Prenant mon courage à deux mains, je me suis lancé dans la suite de la suite des Enfants du Jedi de Barbara Hambly. Le travail d’Anderson sur l’UE n’est pas des plus remarquables mais il est correct et à l’avantage de ne pas faire n’importe quoi avec les principes établis. Finalement, il récupère assez bien la cata qu’est le premier roman de Hambly.

Couverture Le Sabre noir Star wars

Logo Summer Star Wars

Pour faire court : Luke retourne à Tatooine, sa planète natale, pour poser la question à Obi-Wan Kenobi, son défunt mentor, afin de trouver une solution pour que Callista recouvre ses pouvoirs. Les Hutts, criminels galactiques avec à leur tête Durga, reconstruisent, sous le nom de Sabre Noir, le superlaser de l’Étoile Noire. Les Impériaux survivants, quant à eux, ne sont pas loin et se sont fédérés autour d’un hyperdestoyer long de 8 km et de… l’amiral Daala. Continuer la lecture de Le Sabre noir, de Kevin J. Anderson

L’Académie Jedi, de Kevin J. Anderson

Je continue mon immersion dans l’univers étendu Star Wars avec la trilogie de l’Académie Jedi. Trilogie importante dans la chronologie puisqu’elle relate la « reconstruction », la seconde naissance, de l’Ordre des Chevaliers Jedi. Autant dire que cela met la barre un peu haut avant même d’attaquer le premier tome.
Alors ? Au final, qu’est-ce que ça donne ?

Couvertures de l'Académie Jedi

Il est bon de noter que l’intrigue principale se passe au même moment que la duologie Moi, Jedi, soit 11 ans après l’Épisode IV.
Une trilogie de bien meilleure qualité que les deux romans de Stackpole. Il est bon aussi de savoir que les romans d’Anderson (numéros 16, 17 et 18 dans l’ordre de parution) sont sortis bien avant ceux de Mickael Stackpole (54 et 55). Forcément, malgré toute l’attention que peut avoir un auteur pour se glisser dans une continuité, ça crée des incohérences. Et la plus grosse (et improbable) reste celle de la présence de Corran Horn, ou plutôt son absence de la trilogie. Ce qui ne fait que me conforter dans l’idée que les deux romans Moi, Jedi sont complètement inutiles. Continuer la lecture de L’Académie Jedi, de Kevin J. Anderson