Archives de catégorie : James S.A. Corey

The Expanse #2, La Guerre de Caliban, de James S.A. Corey

J’ai pas mal attendu avant de me lancer dans ce second tome de la saga The Expanse. Attendu parce qu’un peu freiné par l’épaisseur du bouquin (un peu plus de 700 pages) et la taille réduite des caractères. Et puis un jour il m’a tendu les bras. Et je ne l’ai pas lâché. Ça valait bien un petit billet dédié, non ?!

« Sur Ganymède, la lune de Jupiter transformée en grenier à blé pour les planètes extérieures, un sergent des Marines de Mars assiste au massacre de sa section d’élite par un supersoldat monstrueux.
Sur Terre, une personnalité politique de haut rang s’évertue à éviter un conflit interplanétaire, en dépit des intérêts divers de groupes de pression tentaculaires et sans scrupule.
Sur Vénus, la protomolécule extraterrestre a investi la planète entière. Elle y prolifère à l’abri des regards, génère des bouleversements mystérieux qui menacent de propager l’indicible dans tout le système solaire.
Et à bord du Rossinante, fatigué d’assurer la sécurité des transports appartenant à l’Alliance des Planètes extérieures dans l’espace, James Holden et son équipage acceptent d’aider un scientifique de Ganymède dans la recherche de sa fillette kidnappée.
Ils l’ignorent, mais l’avenir de l’humanité tout entière pourrait bien dépendre d’une poignée de laissés-pour-compte du genre tenace qui pensent que l’univers leur doit des réponses, et de leur capacité à empêcher une invasion extraterrestre. Si, bien sûr, celle-ci n’a pas déjà commencé… » Continuer la lecture de The Expanse #2, La Guerre de Caliban, de James S.A. Corey

Les lectures de… fin d’année

Bon, décidément, je ne suis même pas parvenu à écrire un bilan mensuel… voici donc un bilan lecture des deux derniers mois de 2015. Assez bien rempli finalement, avec une grosse incursion dans le nouvel univers jeunesse (jeunes adultes en fait) des romans Star Wars et quelques pavés.

bifrostBifrost 80, spécial Stephen King. Je crois que j’en attendais beaucoup de ce numéro. Surtout au niveau des textes inédits. Finalement seul le dossier aura su me passioner. De King je n’avais lu que Le fléau, Ça, Christine (étant gamin) et Dôme (dernièrement).  J’ai donc été comblé par toutes les infos et la longue bibliographie présente dans ce numéro.
Pour en revenir aux nouvelles, même celle de Ken Liu ne m’a pas convaincu. Dommage.
Pour ce qui est du reste, comme d’habitude, j’ai beaucoup aimé l’interview de libraire, accordée cette fois-ci à la Librairie Mollat. Toujours aussi sympa.
Au final ce Bifrost ne me restera pas longtemps en mémoire. Sauf peut-être sa couverture dont l’illustration est superbe. Continuer la lecture de Les lectures de… fin d’année