Bilan BD & comics #3

Hop, un 3e petit bilan BD et comics. Un peu tardif mais assez riche.
Une chose est sure, Je vais très certainement m’éloigner des kiosques de Marvel et de DC pour me rapprocher un peu plus de Valiant en librairie.

Puta Madre, tome 1 à 4 : Jesus, un môme un peu paumé élevé par sa mère, est accusé du meurtre de son petit frère. Direction la taule pour… 7 ans. Une éternité lorsqu’on a que 12 ans. Une fois arrivé il sera placé en isolement pour sa sécurité. Mais il est bien décidé à sortir et retrouver de la liberté. Les bases sont posées. Les lecteurs de Doggybags et amateur du label 619 de chez Ankama ne seront pas perdus ! Le style de Run est bien là, dans un récit finalement très sombre et violent qui nous baladera de l’univers carcéral américain aux conflits entre clans de motards. Comme à son habitude, l’auteur nous propose quelques éléments de compréhension : le fait divers à l’origine du récit, une fiche info sur le système judiciaire américain… parfait pour comprendre le contexte et éviter tout commentaires non constructif. Et c’est sans compter le talent de dessinateur de Neyef qui donne énormément de rythme à l’ensemble. Les combats dans la prison sont assez bluffants. Je recommande donc fortement cette série de comics inhabituelle et de grande qualité. Sans oublier la très belle réalisation des couvertures avec un superbe verni sélectif. Je pense que je vais « tomber » dans Mutafukaz (série dont Puta Madre en est le Spin off) très bientôt…

Ninjak, Tome 2 – La guerre des ombres : Second tome de la série qui ne fait que renforcer l’intérêt que je lui ai trouvé avec le premier. Le petit mélange Batman/007 est franchement sympathique. Ici Ninjak, alias Colin du MI6, doit retrouver les ombres, membres de l’armurerie, et les livrer au MI6. Pour cela il va devoir couper tout contact avec son employeur. Une intrigue qui tient la route, typique des canons des récits de super héros, et qui permet, par de longs flashback, de faire plus ample connaissance avec l’histoire du personnage. Et les dessins sont toujours aussi agréables ! Je ne cesse de le dire, mais avec cette reprise de la licence Valiant en France, Bliss Comics fait du super boulot, a l’instar d’Urban avec DC, en proposant des reliures de grande qualité. C’est d’autant plus plaisant.

Faith, tome 1 – À la conquête d’Hollywood. Toujours chez Valiant pour qui j’ai un vrai coup de coeur en ce moment (oui je me répète). Premier volume de la série consacrée à une héroïne hors norme que j’avais découvert avec la série Harbinger. Faith (nom de code Zephyr) est psiotique (comprenez « qui détient des pouvoirs télékinésiques), désormais célibataire, décide de s’installer en californie : Appartement, job et nouvelle identité pour la couverture. Le costume et les responsabilités de super héroïne n’étant pas très loin Faith va très vite se retrouver dans une situation… délicate. Et comme l’univers Valiant n’est jamais loin, les personnages des autres séries viennent volontiers partager l’affiche (la case ?) avec Faith.
Jody Houser, Francis Portela et Marguerite Sauvage (French powaaa !) nous proposent un premier tome très agréable malgré une histoire assez classique, posant les bases d’un background qui laisse présager de bonnes choses pour la suite. Un ensemble finalement assez girly, à l’image des séries de super héroïnes plus connues chez Marvel ou DC, pour un personnage extrêmement attachant.

Bloodshot reborn, tome 2 – La traque : Un second tome très plaisant. Après avoir perdu puis récupéré une partie des nanites qui faisaient de lui Bloodshot, Ray Garrison est à la poursuite des 4 personnes qui détiennent le reste de ces nano organismes. Mais dans sa chasse il se rend compte qu’il n’est pas le seul à avoir eu cette idée.
À nouveau Jeff Lemire prouve ses très grandes qualités de scénariste avec ce road movie mêlé d’action et de rebondissements. La part d’humanité de Garrison étant apportée par Magic, qui sera son binôme tout au long de ce récit. C’est du très bon et je file me jeter sur les tomes 3 et 4 (qui ne devrait plus tarder maintenant)

La Guerre des mondes : La nouvelle série HG Wells de chez Glénat est tout simplement superbe. Je vous parlais de la Machine à explorer le temps dans le bilan de janvier et tout le bien que j’en pensais. Avec la Guerre des mondes, l’éditeur remet le couvert. En deux tomes cette fois-ci. Dobbs tient toujours les rênes de l’adaptation et propose une vision ultra fidèle de l’original. Moreau laisse la place à Cifuentes au dessin qui reste dans une certaine cohérence graphique et permet une belle cohésion d’un récit à un autre. Une belle collection en devenir !

Et, bien évidemment, tout un tas de comics kiosque ! Mais comme je ne suis plus franchement emballé par les séries Marvel (à part International Iron Man) et le magazine Batman Univers je ne m’étendrais pas. D’ailleurs j’attends avec une certaine impatience le rebirth de DC. À suivre.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *